Archive

Diplomatie: un nouvel ambassadeur d’Afrique du Sud à Bangui

L’annonce a été faite par le PM centrafricain Nicolas Tiangaye

 


«Désormais, la relation RCA-RSA seront d’Etat à Etat et non les intérêts personnels comme ce fut le cas avec Bozizé», a indiqué Me Nicolas Tiangaye. «Le Président ZUMA a annoncé la nomination d’un Ambassadeur d’Afrique du Sud en République Centrafricaine avec résidence à Bangui», a déclaré Me Nicolas Tiangaye qui considère la décision du président sud-africain de «succès diplomatique indéniable». Cette déclaration a été faite lors d’une conférence de presse donnée par le Premier ministre Nicolas Tiangaye, mercredi 8 mai à Bangui. Il a, par ailleurs, annoncé la venue très prochaine d’une délégation sud-africaine à Bangui «[i pour jeter les bases d’une nouvelle coopération».

 


© Bêafrika Sango
Le chef du GUN devant la presse
Fin avril 2013, le Chef du Gouvernement de transition avait effectué une visite d’Etat sur invitation du président Jacob Zuma. A cette occasion, il a présenté officiellement les condoléances Gouvernement d’Union Nationale de Transition, ainsi que du Peuple Centrafricain au Gouvernement et au Peuple d’Afrique du Sud, pour les incidents militaires entre les troupes survenus de Seleka et celles d’Afrique du Sud, dans notre pays (Centrafrique).

Concernant rétablissement de la sécurité, Me Nicolas Tiangaye a informé que l’Afrique du Sud est disposée à apporter son appui. Mais «la forme de cet appui n’est pas encore définie» a-t-il dit avant de conclure que «Zuma veut tourner la page et se racheter». La République d’Afrique du Sud possède depuis près d’une décennie un consulat honoraire à Bangui. Le visa d’entrée au pays de Nelson Mandela est délivré par l’ambassade de Yaoundé.

Les troupes sud-africaines chargées de protéger le régime de François Bozizé avaient perdu officiellement treize soldats lors de l’entrée de la coalition Seleka le 24 mars à Bangui. L’opposition sud-africaine avait négativement réagi contre l’initiative de Jacob Zuma qui n’avait pas au préalable informé le parlement.

 



Commentaire


Retour en haut