Archive

Bangui: Une journée de la liberté de la presse sans manifestation

Une célébration qui a lieu alors que le pays traverse une crise sécuritaire et politique sans précédent

 

Les professionnels des médias en Centrafrique vont célébrer ce 3 mai 2013 à líinstar de ceux du monde entier, la journée internationale de la liberté de la presse. Une célébration qui a lieu alors que le pays traverse une crise sécuritaire et politique sans précédent. En effet, depuis la prise de pouvoir par la coalition Séléka, des hommes de médias et plusieurs organes de presse ont été pris pour cibles par les rebelles de la Séléka. Des journalistes ont été menacés et des locaux des médias ont été pillés par les rebelles.

 


© journaldebangui.com
Il n'y aura pas de manifestations pour la journée du 3 mai
Ces deux dernières semaines, les hommes des médias ont observé à deux reprises un arrêt de travail. Un mouvement visant à dénoncer les exactions que font face aux quotidiens, les professionnels des médias, de la part des rebelles de la coalition Séléka. Ces faits ont suscité des réactions des nouvelles autorités du pays. Lors de son discours à la nation, à líoccasion de la célébration de la fête de travail, le président de la transition centrafricaine, Michel Djotodia, a affirmé: «je veux que la presse et la population puissent síexprimer librement. En tant quíun Chef díEtat responsable, je veux un pays libre». Contacté par le RJDH, le président de líUnion des journalistes de Centrafrique Maka Gbossokoto a affirmé quíaucune manifestation níest prévue pour cette journée. Les traditionnelles réceptions par la présidence de la République níauront pas lieu aussi, de bonnes sources.

 



Commentaire


Retour en haut