Archive

Centrafrique: Du retard dans la répartition du matériel électoral?

A quelques semaines des prochaines échéances le matériel lourd ne serait pas encore arrivé dans les comités locaux électoraux?

 

Quelque 4 000 urnes et autres matériels électoraux étaient attendus samedi 4 décembre à Bangui en provenance du Togo. Ce matériel devrait compléter le stock de la Commission électorale indépendante (CEI), qui prévoit de déployer un peu plus de 8 000 urnes pour les élections du 23 janvier prochain. Confrontée à des problèmes d’urnes et n’ayant pas les moyens d’en acquérir, le président de la CEI, Joseph Binguimalé avait effectué un déplacement au Togo où il a signé une convention de prêt d’urnes, comme il l’a indiqué le samedi 27 novembre dernier à la radio nationale.

Cela n’a pas rendu possible le déploiement du matériel lourd envisagé par la CEI à partir du 26 novembre dernier. Cette opération doit se faire de commun accord avec les Forces armées centrafricaines (FACA) et les forces multinationales (FOMAC et MICOPAX) pour la sécurisation du matériel. Or, la publication de la liste des bureaux de vote par arrêté du ministre de l’Administration du territoire, sur proposition de la CEI et conformément au chronogramme adopté par toutes les parties prenantes, n’est pas encore faite. De sources proches de la présidence de la CEI font état de ce que la CEI ne connaît pas le nombre des urnes ni leur date d’arrivée à Bangui. A un mois et demi des élections, cette situation est préoccupante.

 


© republicoftogo.com
Aide Togolaise
Le Togo va apporter un soutien logistique à la Centrafrique en mettant à sa disposition des urnes pour l’élection présidentielle du 23 janvier prochain. Une décision prise à l’issue d’un entretien entre le président Faure Gnassingbé et le Révérend Joseph Benguimalé, président de la Commission électorale indépendante (CEI).Notre processus électoral avance, mais nous avons besoin de compléter nos urnes car nous n’avons pas assez d’argent pour les acquérir. Le Togo s’est donc proposé de nous venir en aide, a déclaré le patron de la CEI centrafricaine. Six dossiers de candidatures à la présidentielle ont été retenus par la Cour Constitutionnelle. Les candidats sont l'actuel président Bozizé, arrivé au pouvoir par un coup d'Etat en 2003 puis élu en 2005 pour cinq ans, l'ancien président renversé par M. Bozizé, Ange-Felix Patassé (1993-2003), l'ex-ministre de la Défense et chef de L'Armée populaire pour la restauration de la démocratie (APRD) qui a intégré les accords de paix, Jean-Jacques Demafouth ainsi que Justin-Innocent Wilité, du Congrès centrafricain de la renaissance (CCR), Emile Gros Raymond Nakombo, l’économiste et député du Rassemblement Démocratique Centrafricain (RDC du défunt président André Kolingba) et l’ancien Premier ministre et président du Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain (MLPC, ancien parti au pouvoir) Martin Ziguélé.

 



Commentaire


Retour en haut