Archive

Centrafrique: les professionnels des médias observent une journée sans presse

Ils protestent contre les cas d’exactions, perpétrées par des éléments de la coalition Séléka à l’égard de certaines stations radios privées et les sièges des journaux de la place

 


Une autre journée sans presse à Bangui ce 29 avril 2013
Ce lundi 29 avril, c’est l’Union des journalistes centrafricains (UJCA), après une assemblée générale, qui a décidé de cesser toute activité durant la journée de lundi afin d’attirer l’attention des nouvelles autorités de Bangui et la communauté internationale, sur le danger qui menace la presse centrafricaine. «Nous allons à travers cette journée, alerter l’opinion nationale et internationale sur les conditions dans lesquelles, les journalistes travaillent en ce moment en République centrafricaine. Les journalistes reçoivent au quotidien des menaces de la part des certaines personnes qui sont parfois des autorités de ce pays», a dit le président de l’UJCA Makagbossokotto.
Il a souligné que, le siège de certains journaux ont fait l’objet de pillages, sans oublier les menaces exercées sur certains journalistes qui se voient obligés de vivre dans la clandestinité. Makagbossokotto a par ailleurs ajouté que, bien que ces faits aient été portés à la connaissance des nouvelles autorités, l’étau se resserre de plus en plus autour des professionnels de medias afin de les réduire en silence.

Depuis l’occupation de la ville de Bangui par la coalition Séléka, le dimanche 24 mars plusieurs médias ont été victimes des actes de pillage, de destruction et de menaces proférées par ces hommes en arme contre les journalistes. Certains locaux des médias continuent d’être pillés par les hommes de la Séléka.

 

 



Commentaire


Retour en haut