Archive

La Centrafrique dans le viseur de Fatou Bensouda

Dorénavant, la Cour pénale internationale examine avec une certaine attention, líallégation de crimes en Centrafrique

 

Cíest la procureure de la CPI, Mme Fatou Bensouda, qui a mis en garde les éventuels responsables de crimes et violations des droits de líhomme en Centrafrique, affirmant que ceux-ci seraient poursuivis quel que soit líendroit où ils se trouvent. Tout le monde sait que les «Centrafricaines et Centrafricains ont déjà trop souffert. Je n'hésiterai pas à poursuivre en justice ceux qui sont responsables de leur souffrance», a déclaré Mme Bensouda dans un communiqué. "La situation en République centrafricaine empire de jour en jour et le nombre de victimes civiles affectées par des crimes graves ne cesse d'augmenter", a-t-elle ajouté, précisant que son bureau examinait "de très prèsĒ les allégations de crimes relevant de la compétence de la Cour - y compris des attaques contre des civils, meurtres et pillages - en République centrafricaine. "Notre mandat est de mettre fin à líimpunité pour de tels crimes et notre compétence síétend sur tout le territoire de la République centrafricaine", a ajouté la procureure de la CPI. La situation dans le pays s'est considérablement dégradée ces dernières semaines après la chute du régime du président François Bozizé, renversé le 24 mars par la rébellion de la Séléka.

 


© infopresse.net
La procureure de la CPI, Mme Fatou Bensouda
Des pillages et tueries sont multipliés
Il ne se passe pas une seule journée sans que les Centrafricains où quíils se trouvent sur toute líétendue du territoire national, ne pleurent leurs parents tués par les combattants du Séléka. Ainsi, dans la nuit du 21 au 22 avril, certains éléments de la Séléka ont fait incursion au domicile díune famille au quartier Ngongono3, à Bangui, pour perpétrer un pillage. «Ils nous ont réveillés avec des sommations. Ils nous ont terrorisés avec des menaces de mort. Nos biens entre autres, literie, ustensiles de cuisine, moto et plusieurs autres matériels ont été emportés par les rebelles. Mes documents ont été éparpillés dans la cours», a expliqué la victime. Entre temps, dans la journée du dimanche 21 avril, une voiture appartenant à un agent de la douane centrafricaine, a été emportée par les hommes de la coalition Séléka, au quartier Damala. Une situation qui a entrainé la psychose au sein de la population dudit quartier.

A Bangui, la capitale, les cas de meurtres et de tueries sont enregistrés tous les jours. Pas plus tard que dans la soirée du 19 avril, à 20 heures, un jeune homme díune vingtaine díannées a été abattu dans le 6e arrondissement. Son corps a été jeté sur la voie publique au niveau de líéglise Fatima. A ces cas de tueries volontairement perpétrées, síajoutent les nombreux cas de blessés et morts atteints par des balles perdues incessantes et inutilement tirées par les rebelles. Dans les hôpitaux, les services des urgences sont débordés et dans le même temps, les services commencent à faire face à des sérieux problèmes de rupture de stock des médicaments. Des faits qui font redouter une crise humanitaire à grande échelle, si rien níest résolu dans líurgence par les nouvelles autorités.

Du côté de celles-ci, le ministre de líIntérieur et de la Sécurité publique et membre de la coalition Séléka, Nouredine Adam, a de nouveau rédigé un communiqué, lu sur les ondes de la Radio nationale, le dimanche 21 avril, interdisant aux éléments de la Séléka de se promener avec les armes dans les artères de la capitale. Il a également demandé aux conducteurs de véhicules de transport commun de ne plus prendre à bord des bus et taxis, les hommes en arme. Le même communiqué précise que, toute personne armée qui sera surprise en train de commettre un acte de braquage ou une exaction quelconque sera punie conformément à la loi. On attendra les premiers condamnés, si jamais il existe encore une justice dans le pays.

Pour de plus amples informations, veuillez contacter: OTPNewsDesk@icc-cpi.int
Source : Bureau du Procureur

 



Commentaire


Retour en haut