Archive

Centrafrique: Incertitudes sur la situation humanitaire à Birao

«Des habitants de Birao se trouvent dans la forêt où ils síétaient réfugiés pour échapper aux bombardements»

 

Les communications avec la zone de Birao sont très difficiles parce que le réseau téléphonique fixe et mobile a sauté mais, sur la base des quelques informations que nous avons reçu, la ville a été évacuée par les rebelles de la CPJP déclare Mgr Firmin Gbagoua, Vicaire général du Diocèse de Bambari de la juridiction duquel dépend la préfecture de Vakaga (dans le nord-est de la République Centrafricaine) dont le chef-lieu, Birao, a été pris díassaut par les rebelles de la Convention des Patriotes pour la Justice et la Paix (CPJP). Au cours des jours précédents, líarmée a bloqué tous les axes routiers qui conduisent à Birao ensuite de quoi la ville a été bombardée. Les rebelles ont subi des pertes et différents hommes de la CPCJ ont été faits prisonniers par líarmée. Le reste du groupe de rebelles síest enfui. Une bonne partie des habitants de Birao se trouve encore dans la forêt où elle síétait réfugiée pour échapper aux bombardements et aux combats. Un porte-parole de la CPJP a confirmé que les rebelles ont abandonné la ville.

 


© centrafrique-presse
Un convoi humanitaire sur l'axe Birao-Am Dafok
Selon des nouvelles publiées dans la presse, la majeure partie de líaction militaire contre les rebelles de la CPJP a été conduite par líarmée tchadienne, intervenue officiellement en territoire centrafricain afin de poursuivre un groupe de rebelles tchadiens. Les positions de la CPJP à líintérieur de Birao auraient été bombardées par des avions tchadiens. A la différence de certains groupes rebelles centrafricains, la CPJP nía pas signé les accords de paix avec le gouvernement de Bangui. Le leader de la CPJP, Charles Massi, un ancien Ministre centrafricain, est mort en janvier 2010 dans des circonstances obscures alors quíil se trouvait en détention dans une prison centrafricaine. Massi avait été arrêté au Tchad puis extradé en République Centrafricaine. Les rebelles affirment quíils ne déposeront pas les armes tant que la lumière ne sera pas faite sur la mort de leur leader. La zone où opère la CPJP se trouve dans le nord-est de la République Centrafricaine, entre Birao et Ndélé.

Le 23 janvier 2011, se tiendront les élections présidentielles en République Centrafricaine. Les candidats sont líactuel Président Francois Bozizé, son prédécesseur, Ange-Félix Patassé, le chef de líArmée populaire pour la Restauration de la Démocratie, Jean-Jacques Demafouth, le Président du Congrès Centrafricain de la Renaissance, Justin Innocent Wilité, líéconomiste Emile Gros Raymond Nakombo et le Président du Mouvement de la Libération du Peuple centrafricain, Martin Ziguelé.

 



Commentaire


Retour en haut