Archive

La CEEAC prend note de l'élection de Djotodia

Cependant aucun état membre de le reconnaît comme président et la Centrafrique reste toujours suspendue des organisations supranationales

 

Lors de cette 4ème réunion des Chefs díEtats de la sous-région Afrique centrale, le président en exercice de la Ceeac et président de la République du Tchad níy est pas allé par quatre chemins pour dire ce quíil pense de la République centrafricaine et de la situation qui y prévaut en ce moment. Concernant líévaluation des recommandations issues du sommet du 3 avril dernier dans cette ville de Ndjamena, le président tchadien Idriss Déby a tenu a précisé que "M. Djotodia ne sera pas appelé président de la République mais chef d'Etat de la transition". Ceci devant la forte délégation de Bangui, conduite par le PM Nicolas Tiangaye. La Ceeac a néanmoins pris note de l'élection le week-end dernier à Bangui de Michel Djotodia à la tête de la République centrafricaine, sans toutefois le reconnaître comme président.


 


© DIASPORA-Médias
"M. Djotodia ne sera pas appelé président de la République mais chef d'Etat de la transition"
Ouvrant les travaux, le Président de la République, Président en exercice de la CEEAC a remercié vivement ses pairs pour les efforts quíils ne cessent de déployer en participant régulièrement à toutes les assises sur la crise centrafricaine dont les fondements constitutionnels níexistent plus depuis le 24 mars dernier. Il a ensuite déclaré que «la RCA est comme une plaie au cúur de líAfrique centrale. Malgré tous les remèdes prescrits, la plaie ne guérit pas en apparence. Il nous faut, nous mobiliser très sérieusement pour mettre fin définitivement à cette situation díinstabilité récurrente». Abordant les décisions prises lors du Sommet extraordinaire du 03 avril tenu à NíDjaména, il a précisé que le schéma de sortie de crise préconisé pour le retour de la légalité constitutionnelle a été respecté par le président autoproclamé, M. Michel Djotodia. Poursuivant sa déclaration liminaire, le Chef de líEtat tchadien a demandé à ses pairs díexaminer les progrès réalisés pour en tirer les conséquences.

Cíest pourquoi à la fin de la journée, les dirigeants des Etats de la région ont également adopté une feuille de route pour la transition en Centrafrique, qui prévoit notamment de porter de 105 à 130 le nombre de membres du Conseil national de transition (CNT), qui fait fonction de parlement intérimaire. Michel Djotodia, selon ce plan, conduira la transition mais ne pourra pas se présenter à la présidence à l'issue de la période intérimaire. Le dirigeant rebelle, qui a pris le pouvoir à Bangui le mois dernier en chassant François Bozizé, a été élu samedi président de la République centrafricaine par le CNT. Seul candidat, il a été élu par acclamation, sans vote formel. Le CNT est composé de représentants de toutes les sensibilités politiques du pays, notamment du Séléka, la coalition de Djotodia, d'anciens partisans de Bozizé et de représentants de la société civile.

 



Commentaire


Retour en haut