Archive

Les absents de la course à la présidence de la RCA

Marie Reine Hassen et Eloi Anguimaté ont pourtant été les premiers à annoncé leur candidature

 

Eloi Anguimaté et Marie Reine Hassen, ont été les premiers à annoncer leurs candidatures à la présidentielle de 2011 en République centrafricaine. Pourtant à la clôture officielle du dépôt des candidatures le 8 novembre dernier, et même en dépit de la prolongation exceptionnelle autorisée le 15 novembre par le président Bozizé, après une concertation de tous les acteurs du processus, la commission électorale indépendante nía reçu aucun dossier provenant de líun deux. Malgré la perche tendue par le chef de líétat qui a autorisé la CEI à donner 24h de plus aux retardataires de déposer leurs dossiers de candidatures, les deux présumés candidats ne se sont pas manifesté. Eloi Anguimaté, joint au téléphone depuis Paris par RNL, estime quíil ne peut aller aux élections quíà la condition quíelles soient crédibles. Ce qui, selon lui níest pas le cas pour la Centrafrique.

 


© journaldebangui.com
Marie Reine Hassen et Eloi Anguimaté
Marie Reine Hassen a, quant à elle, publié un communiqué de presse relatif au processus électoral dont le libellé est publié dans le journal Top Contact du 3 novembre dernier. Dans ce communiqué, elle pose comme condition préalable à tout scrutin la fin de líinsécurité dans le pays. Líinsécurité constitue à ses yeux un obstacle majeur à la tenue des prochaines élections. Elle critique également la modification du chronogramme électoral qui selon elle a été fait par le président de la CEI Joseph Binguimalé à líinsu des autres membres de la CEI. En conclusion, Marie Reine Hassen demande la dissolution de la CEI. Elle reproche à líinstitution un parti pris évident en faveur du pouvoir en place. Elle réclame en outre líannulation des décisions modifiant les dates de dépôt et de clôture des candidatures, un nouveau recensement électoral et le respect par le président de la République, de la décision du Conseil díEtat sur le découpage électoral.

Sur les 8 dossiers enregistrés par la CEI et transférés à la Cour Constitutionnelle, aucune femme níest présente. Ceci, malgré la grande sensibilisation faite par différentes ONG, invitant les femmes à se mobiliser pour être présentes à ce grand rendez vous important pour líavenir de la Centrafrique.

 



Commentaire


Retour en haut