Archive

Bangui: le SOS de líhôpital communautaire

Le général, directeur de líétablissement hospitalier a besoin de toute líassistance nécessaire pour continuer à sauver les vies humaines

 

Avec la prise de la ville de Bangui depuis le dimanche 24 mars, par les rebelles de la Séléka, plusieurs centres hospitaliers ont dû fermer leurs portes à cause des difficultés entre autres sécuritaires. LíHôpital Communautaire de Bangui malgré toutes ces difficultés, a fait de son mieux pour faire face à cette situation de crise, grâce au soutien de certaines structures de la place, selon, le Général Romain Guitinzia, directeur de cet hôpital, dans un entretien accordé au RJDH. LíHôpital Communautaire a prêté main forte aux malades pendant cette période malgré le manque díune partie du personnel qui nía pas toujours repris le service à cause de líinsécurité. Il a cité entre autres líabsence de líélectricité qui ne permet pas de faire des interventions chirurgicales, le manque díeau dans le centre et des médicaments.

 


© ugo.cn/photo
Le Général Romain Guitinzia, directeur de l'hôpital communautaire
Selon lui, plusieurs nouveaux cas de maladies ont été enregistrés depuis cette période jusquíaujourdíhui. Romain Guitinzia a mentionné la majorité de ces cas sont des blessés par balles et ceux des accidents de circulation. Le directeur de líHôpital Communautaire de préciser que les blessés sont composés des civils et des porteurs de tenues militaires. Il a par ailleurs déploré le non fonctionnement du service de la radiographie depuis le 15 juin 2012, à cause de panne technique, mais qui demeure non réparée. Le docteur a signifié quí«une centaine des blessés, composés des hommes, des femmes et des enfants ont été évacués díurgence au Maroc pour des soins». Romain Guitinzia, directeur général de líHôpital Communautaire conclu que 90% du personnel de son centre est déjà de retour et est disponible pour assister les patients, avant de préciser quíune nouvelle assistance à ce centre hospitalier serait la bienvenue.

 



Commentaire


Retour en haut