Archive

Berberati: tensions entre des manifestants et la Seleka

Plus de cinq personnes auraient été tuées à la suite dune manifestation pacifique organisée par la population contre les exactions de la coalition des rebelles

 

La Séléka était présente dans la ville de Berberati à 400 km à l'Ouest de Bangui depuis près dune semaine lorsque les incidents ont eu lieu. Une délégation de l'ex-rébellion est arrivée de Bangui a tenu a rencontré lors d'une réunion, les autorités locales ainsi que les représentants religieux de la ville. A leur sortie, la population les attendait de pied ferme. Cest ainsi que la marche organisée de manière pacifique par la population contre les exactions des rebelles a dégénéré après que quils aient ouvert le feu sur les manifestants. Il y aurait quelques cinq morts et plusieurs autres personnes seraient également blessées.

 


© Paul Cyriaque Semaporo/berberati.skyrock.com
Les populations de Berbérati (image d'illustration)
Les habitants de la ville de Berberati protestent contre les exactions des éléments de la Séléka. «Ces rebelles taxent presque tout le monde. Les voyageurs, les passants, les commerçants, voire les malades dans les hôpitaux sont tenus de payer des taxes à ces rebelles, car ils disent que cest pour leur permettre dassurer notre protection et sécurité», a dit un témoin joint par le RJDH. En outres, les actes de pillage et de rançonnage continuent dêtre effectués par ces hommes en arme. Un autre acte qui a suscité le soulèvement de ces habitants est le fait que ces hommes en arme ont heurté un jeune homme qui roulait sur une moto. Ce dernier a eu des fractures aux deux jambes mais les éléments de la Séléka lont contraint de marcher sur ses blessures.

Des filles violées par des éléments de la séléka à Berbérati
Plus dune dizaine de jeunes filles ont été violés dans la nuit du mardi 2 au mercredi 3 avril, par des éléments de la Séléka, dans la ville de Berberati (ouest). Des mineurs dont lâge varie entre 15 à 18 ans ont été également enlevés et transférés à Bangui. Lon ignore encore leur effectif. Selon un habitant de cette localité, témoin de ces actes et joint par le RJDH, lacte sest produit au quartier ça va dans le deuxième arrondissement de la ville de Berberati. «Cétait dans la nuit de mardi 2 au mercredi 3 avril, que plus dune dizaine de jeunes filles ont été prises de force par ces hommes en arme et qui ont abusé delles», a-t-il relaté. Lune dentre elles sest confiée à Radio Zoukpana: «nous étions sorties nous promener en groupe. Cest en rentrant à la maison que nous avons croisé les éléments de la Séléka qui nous ont pris de forces pour coucher avec nous». La même source a précisé que la population est terrifiée par les exactions des hommes de la séléka. Les femmes ont été violées et plusieurs cas de braquages à main armée ont été enregistrés au quotidien. On ignore encore la destination des mineurs enlevés. Mais daprès des sources, les enfants seraient amenés vers la ville de Bangui. Daprès une source médicale, depuis larrivée des rebelles de la Séléka à Berberati, une dizaine de personnes ont étés tuées. La majorité de la population de cette deuxième ville de la Centrafrique se trouvent actuellement dans la brousse.

 



Commentaire


Retour en haut