Archive

Maroc: Première visite de François Hollande dans le pays

Durant deux jours, le Président français devra síatteler à consolider les liens entre les deux Etats souverains

 

Le Président français François Hollande síest envolé ce mercredi 3 avril 2013, pour le Maroc. Il doit y effectuer une visite díEtat de deux jours à Casablanca et à Rabat. Il síentretiendra avec le roi Mohammed VI, le Premier ministre Abdelilah Benkirane avant de tenir un discours devant le Parlement marocain. A líElysée, on affirme que la relation entre les deux pays est très dense et fluide. Le Maroc est un partenaire très intime, très proche, l'enjeu de la visite est de se donner les moyens de maintenir une relation de haut niveau. Bien que la signature des contrats ne soit pas attendue au cours de cette visite, elles viendront en accompagnement des projets déjà lancés ou attendus. Ces signatures concernent en particulier les domaines des transports ferroviaires (tramway, métro, ligne à grande vitesse), de l'agroalimentaire, du traitement de l'eau et des énergies renouvelables. Ceux-ci représentent les empreintes du passage quíavait effectué le premier ministre de François Hollande Jean-Marc Ayrault, en mi-décembre 2012 au Maroc. Pour son séjour dans ce pays, le président français sera accompagné de huit ou neuf ministres et d'une soixantaine de patrons français.

 


© lesoir-echos.com
Lors de la précédente visite du Roi du Maroc en France
Mais ce voyage permettra également de rassurer les autorités marocaines quant aux relations privilégiées qui lient les deux pays. En effet, pour son premier déplacement en Afrique du Nord, en fin décembre2012, le président français avait choisi l'Algérie comme destination. Ce qui níavait pas du tout plu au roi Mohammed VI, qui avait été le premier chef d'Etat à être reçu par Hollande, une semaine seulement après son entrée à l'Elysée. Mais ce mauvais moment a depuis été oublié car le Maroc a compris le besoin immédiat qu'avait la France de reconstruire une relation avec l'Algérie, affirme un conseiller diplomatique. Et cette visite est un exemple concret de ce que la page a été tournée. Dans son discours très attendu devant le parlement, François hollande síexprimera selon líElysée sur les grands sujets qui font líactualité. A savoir, la Syrie, le Mali, le Printemps arabes, le processus de paix au Proche-Orient. Il devrait également prendre acte de ce que le Maroc a trouvé sa voie, va dans le bon sens, dans un contexte où les Printemps arabes offrent beaucoup de potentiels mais aussi présentent des risques. Le roi Mohammed VI ayant pris des positions très nettes en faveur de l'intervention française au Mali, qu'il est díailleurs allé défendre devant ses pairs au sommet islamique du Caire, F. Hollande devrait donc dans son discours saluer la position marocaine sur le Mali.

Le président français profitera de sa visite au Maroc pour inaugurer une station d'épuration des eaux à Mediouna, dans le grand Casablanca, projet mené par la Lyonnaise des eaux de Casablanca, filiale de GDF-Suez (Lydec) et rencontrer des chefs d'entreprises, Français et Marocains. Il devra également relancer l'idée de « colocalisation», une sorte de partenariat « gagnant-gagnant » entre les entreprises françaises et marocaines censé éviter les délocalisations et générer des emplois dans les deux pays. Ce concept, avait été lancé Jean-Marc Ayrault. Mais il n'est pas encore très opérationnel, reconnaît un diplomate. Cependant, pour líorganisation Human Rights Watch (HRW), líaspect économique ne doit être la seule priorité de François Hollande durant ce voyage. En effet, líONG a tenu à alerter le président sur le respect des droits humains dans le pays, líincitant à évoquer des réformes avec les autorités marocaines.

 



Commentaire


Retour en haut