Archive

Centrafrique: un contre coup d’Etat en préparation?

François Nelson N’Djadder, président de la rébellion Forces Révolutionnaires pour la Démocratie, serait à l’origine de cette nouvelle

 

Alors que Bozizé à son arrivée au pouvoir avait été soutenu par la France, le nouveau leader de la Centrafrique, lui, n’est toujours pas reconnu par la communauté internationale. L’ONU a même condamnée la prise de Bangui. Et l’Union africaine a évincé le pays de son organisation. Elle a imposée des sanctions à l’encontre des responsables de la séléka: «Le Conseil décide de suspendre immédiatement la participation de la RCA (République centrafricaine) à toutes les activités de l’Union africaine ainsi que d’imposer des sanctions, à savoir des restrictions de voyage et le gel des avoirs des dirigeants de la Séléka", dont son chef Michel Djotodia», a annoncé le Commissaire à la Paix et la Sécurité de l’UA, Ramtane Lamamra. L’Onu et l’Union africaine ne sont pas les seules à condamner ce coup d’Etat.

 


© nekto-ypu.livejournal.com
François Nelson N’Djadder
«Les Centrafricains ont été violés!»
Un autre rebelle, ex-membre de la séléka, François Nelson N’Djadder, président de la rébellion Forces Révolutionnaires pour la Démocratie, a aussi contesté cette prise de pouvoir. Contacté par Afrik.com, il affirme être prêt à mener un second coup d’Etat dans les prochains jours à Bangui. «Il est inadmissible qu’une nouvelle dictature s’installe, alors qu’on vient d’en chasser une autre. Il est hors de question que Michal Djotodia s’installe pendant trois ans au pouvoir sans que des élections soient organisées dans le pays», a-t-il déclaré. Le chef de la séléka, Michel Djotodia, s’est autoproclamé président de la Centrafrique après avoir évincé François Bozizé. Mais sa prise de pouvoir est déjà contestée
La suite sur

 



Commentaire


Retour en haut