Archive

Centrafrique: les rebelles en vainqueurs à Bangui?

La France demande une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU

 

Les rebelles centrafricains de la coalition Séléka sont entrés dans Bangui la capitale après líavoir plongée dans líobscurité dans la nuit de samedi à dimanche 24 mars 2013. Les témoins affirment quíune partie de la population dans les arrondissements de Bangui les accueille en libérateurs. Les combattants qui seraient lourdement armés auraient neutralisé les troupes sud-africaines présentes au PK 10 et demandé aux Forces armées centrafricaines (Faca) de ne pas combattre. Leur dernière exigence va à líendroit du président François Bozizé à qui ils demandent de quitter le pouvoir.

 


© defense.gouv.fr
Chargés de protégés ceux des ressortissants qui le demandent
Une réunion díurgence du Conseil de sécurité des nations unies attendue
Paris a demandé samedi 23 mars "une réunion d'urgence du conseil de sécurité des nations unies" compte-tenu de l'évolution de la situation en Centrafrique, a annoncé à l'AFP Romain Nadal, porte-parole diplomatique à l'Elysée. Romain Nadal a ajouté que Paris demandait à ses ressortissants de "rester chez eux", une évacuation n'étant pas "pour le moment" ordonnée. "Nous sommes vigilants", a-t-il souligné. Le plan de protection des ressortissants inclut ceux d'autres pays qui en feraient la demande, a précisé le porte-parole diplomatique de l'Elysée. Environ 1250 Français vivent en Centrafrique. 250 soldats français sont basés dans ce pays et il n'est pas prévu d'envoyer des renforts actuellement, a dit le porte-parole.

"Il n'est pas question que la France s'ingère dans les affaires intérieures d'un pays, comme l'a dit à plusieurs reprises le président François Hollande", a-t-il poursuivi, en précisant que Paris avait pris contact avec l'Union africaine et les organisations régionales pour qu'elles "apaisent" la situation en Centrafrique.

 



Commentaire


Retour en haut