Archive

Paris pour la création d置ne force d段ntervention rapide au sein de la Monusco

L段dée de cette force qui aura pour rôle de neutraliser les groupes armés de l弾st du pays fait polémique

 

Faisant partie du Conseil de sécurité de l丹NU, la France a émis une proposition de résolution du conflit à l弾st de la République Démocratique du Congo. Selon ce pays, la Monusco doit être renforcée par une force d'intervention rapide chargée de neutraliser les groupes armés opérant dans l'est du pays. Cette proposition qui s段nspire des recommandations du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon et des résultats de l'accord régional d'Addis Abeba du 24 février, a été soumise aux 15 pays faisant partie du Conseil de sécurité pour examen. Après cet examen le projet de la France sera soumis à un vote au mois d誕vril.

 


© geciweb.com
Cependant, cette proposition ne fait pas l置nanimité. En effet, plusieurs pays du Conseil de sécurité ne croient pas à sa faisabilité et se demandent si c弾st encore nécessaire de créer une brigade d段ntervention, après la dislocation du mouvement rebelle M23 et la reddition de son chef Bosco Ntaganda. Notons tout de même que, si cette brigade est mise sur pieds, elle comptera 2.500 hommes dans ces rangs. Selon des diplomates contactés par l但FP, les pays faisant partie du Conseil ayant des troupes dans la Mission à savoir, le Guatemala et le Pakistan redoutent des représailles contre leurs Casques bleus. Nous sommes inquiets de ce projet de Brigade. Il faut voir quel genre d'unité, comment elle s'articulera avec le reste de la Mission, a expliqué à des journalistes l'ambassadeur pakistanais Masood Khan. Les Etats-Unis de leur côté doutent que la Monusco même renforcée soit capable de chasser les groupes rebelles du Kivu. Alors que la Russie et la Chine parlent de non-ingérence.

Selon le projet français, la force d段ntervention sera basée à Goma pour une période initiale d'un an et opérera sous les ordres du commandant en chef de la Monusco. L'Afrique du sud, la Tanzanie et le Mozambique sont disposés a engagé des hommes dans cette force. Le projet donne désormais à la Monusco la possibilité de mener des opérations offensives et ciblées, seule ou aux côtés des forces gouvernementales congolaises, pour stopper le développement de tous les groupes armés, les neutraliser et les désarmer. Alors que jusquà présent le rôle de la Monusco été de protéger les civils. Désormais, elle sera équipée de drones pour surveiller les frontières de la RDC avec le Rwanda et l'Ouganda. Ces deux pays qui avaient été accusés par des experts de l'ONU d'aider et d'équiper le M23.

 



Commentaire


Retour en haut