Archive

Paris, pour célébrer l’arrivée du printemps dans la capitale française

Titre extrait du recueil de poème «Chœurs des Cœurs» du jeune auteur centrafricain Hurel R. Beninga

 

Paris
Vivre à Paris
C’est un grand pari
Il faut payer le prix
Pour jouir de la vie


En Hiver
Le temps est gris
Des visages aussi
Si on n’a pas d’ami
Parfois on s’ennuie


Au printemps
L’arbre refleurit
On se réjouit
Le poète écrit
Encore des poésies

 


© journaldebangui.com
La couverture de l'ouvrage
En été
Les femmes sont sexy
On est séduit
On les envie
Sinon on rit


En automne
Arrive la pluie
On sort le parapluie
On se met à l’abri
Sinon on s’enfuit

Le soir
Quand vient la nuit
Avec les amis
On fait la folie
Et on s’oublie


Le jour
C’est reparti
On croise des aigris
Et même des grigris
Tout ça, c’est Paris


Notre beau Paris
On te charrie
On te chérie
Ville des paris


Extrait du recueil de poème Chœurs des Cœurs, pp 29-31

Le résumé de l’ouvrage
Ce qui frappe, au premier regard, à travers la grande majorité de ces poèmes, c’est la riche préoccupation de l’«humain»; et une aspiration au partage de tout ce qui est la marque essentielle de cette humanité: amitié, amour, tendresse, joie, chant, rêve… malgré toutes les turpitudes de l’existence. Un courant de fraternité et d’optimisme cout à travers cet ouvrage ; et bon nombre de ces textes peuvent effectivement être fredonnés, psalmodiés, chantés…

A propos de l’auteur
Hurel Régis Beninga, né en République centrafricaine est docteur en Théâtre et Arts du Spectacle de l’université de la Sorbonne Nouvelle, où il enseigne au Département de Médiation culturelle. [Chœurs de Cœurs] est son deuxième recueil de poèmes après le 1er Quand le cœur parle… à l’origine de Paradoxe, un court-métrage essentiellement poétique qu’il a réalisé pendant l’été 2010. Il est également réalisateur de plusieurs court métrage sous forme de série télévisuelles. La dernière œuvre cinématographique [Une couleur de vie] sortie en février 2013 vient de remporter le prix spécial du jeune espoir au FESPACO 2013

 



Commentaire


Retour en haut