Archive

JIF: Mme Elisabeth Kofio encourage les femmes à síaffirmer...

Elle est la Directrice générale de la société nation de líEnergie Centrafricaine (ENRCA)

 

Lors díun entretien à Bangui avec la presse centrafricaine Mme. Elisabeth Kofio, a déclaré que: «en Centrafrique la question de líémancipation de la femme ou du concept genre est sur la bonne voie du fait que la femme a toujours été à la base de tout développement économique et social». Elle síexprimait ainsi dans le cadre de la célébration de la en de la journée internationale de femme le 8 mars dernier. Elle a relevé que dans un passé récent la femme était reléguée au second plan; et cíest seulement durant la dernière décennie que, avec la prise de conscience de nos concitoyennes que, la femme centrafricaine commence à retrouver progressivement la place qui lui revient dans la société». Selon Mme. Elisabeth Kofio, la femme est díabord mère au foyer puis conseillère, si on lui confie une responsabilité dans le monde de travail, elle a toujours le souci de bien faire son travail et parfois il y a même chez elle un excès de zèle.

 


© acap-cf.info
Mme. Elisabeth Kofio, DG Enerca-Centrafrique
Síagissant de la redynamisation de líENERCA, elle fait savoir que dès sa nomination à la tête de ladite société, elle a eu la notification de la Banque Africaine de Développement (BAD), des rétrocessions de fonds octroyés par ladite institution financière pour le dédoublement de Boali 2. De même líinstallation des turbines de Boali 3 dont les travaux ont commencé sous mon prédécesseur est en voie de finalisation. Parlant díune véritable électrification de la ville de Bangui, la directrice générale de líENERCA, Mme. Elisabeth Kofio a expliqué que: «sa société a déjà amorcé les procédures pour déclencher líexécution des travaux de Boali 2 qui vont enchainer avec ceux de Boali 3». «Dans deux ans, les Banguissois ne vont plus subir le phénomène de délestage dans la capitale centrafricaine» a-t-elle ajoutée.

Par ailleurs, Mme. Elisabeth Kofio a constaté que très peu de femmes travaillent dans líadministration publique et dans les sociétés privées, alors que la majorité de la population centrafricaine est constituée des femmes, cela sous-entend que líavenir de la République Centrafricaine devra reposer sur les femmes. «Nous devons nous lever : que cela soit au foyer, là où les femmes se trouvent en exerçant le commerce et díautres activités génératrices de revenu, si nous comprenons ce rôle joué par les femmes dans la consolidation de la paix, je crois que la Centrafrique sera un pays de havre» a-t-elle conseillé. Il convient de rappeler que pour la célébration de la journée internationale de femme de cette année 2013, les Nations-Unies ont choisi comme thème: «Une promesse est une promesse: il est temps de passer à líaction pour mettre fin à la violence faite à líégard des femmes»

 



Commentaire


Retour en haut