Archive

Caf: Issa Hayatou prêt pour un autre mandat

Seul candidat à sa propre succession, le camerounais devrait logiquement rempiler pour un 7ème mandat à la tête de la grande instance du football africain

 

Issah Hayatou sera finalement le seul candidat à la présidence de la Caf ce weekend. Jacques Anouma son potentiel challenger a été dérouté par le tribunal arbitral du sport (TAS). Les élections à la présidence de la Caf sont prévues le 10 Mars 2013 lors de líAssemblée Générale qui se tiendra au Maroc. Líhomme díaffaires ivoirien síest battu jusquíau bout pour pouvoir se présenter, mais en vain. La décision du Tribunal arbitral du sport ouvre une voie royale au Camerounais Issa Hayatou. «Nous en prenons acte. Malgré notre immense déception, notre détermination à apporter un vrai changement dans la gestion du football africain demeure intacte. Nous exprimons notre profonde gratitude au Gouvernement Ivoirien avec à sa tête le président de la République Alassane Ouattara, pour le soutien apporté à notre candidature. Nos remerciements vont également à tous les Ivoiriens, qui níont cessé de nous manifester leur sympathie ainsi quíaux nombreux membres de la famille du sport africain pour leur soutien. Nous demeurons convaincus malgré tout, quíune vision nouvelle pour le football africain est plus que jamais nécessaire», a fait savoir líhomme díaffaire ivoirien après líannonce de la décision du TAS.

 


© journaldebangui.com
L'Ivoirien Jacques Anouma (g) éliminé de la course à la présidence.
La reforme de septembre 2012: le frein à Anouma
Réunis en septembre dernier au cours díune assemblée générale extraordinaire aux Seychelles, les conditions díéligibilité à la tête de la Caf ont été modifiées. «Tout candidat aux élections à la présidence de la CAF, outre les compétences nécessaires, devra être ou avoir été membre du comité exécutif de la CAF» affirme la nouvelle loi. Pour postuler à la présidence de la CAF, il faudrait donc figurer parmi les 13 membres du comité exécutif, qui comprend Issa Hayatou (Cameroun), Suketu Patel (Seychelles), Almamy Kabélé Camara (Guinée), Adoum Djibrine (Tchad), Mohamed Raouraoua (Algérie), Magdi Shams El Din (Soudan), Tarek Bouchamaoui (Tunisie), Kalusha Bwalya (Zambie), Kwesi Nyantakyi (Ghana), Constant Omari (RD Congo) Leodegar Tenga (Tanzanie), Slim Aloulou (Tunisie) et Molefi Oliphant (Afrique du Sud). Cette proposition de modification du règlement, était portée notamment par la Fédération algérienne (FAF). Pour de nombreux observateurs sportifs, cette mesure sème la discorde à la Confédération africaine de football et divise les responsables sportifs. En tête de file líIvoirien Jacques Anouma, qui síétait déclaré officiellement candidat au poste suprême, et suivit par Augustin Senghor (Sénégal), de la fédération sénégalaise de football.

 



Commentaire


Retour en haut