Archive

Kenya: 7 morts dans un attentat dans une mosquée

Cíest le bilan díune attaque qui a eu lieu à une quinzaine de kilomètres de la frontière avec la Somalie et à quelques jours de líélection présidentielle

 

Cinq hommes et deux femmes ont été tués jeudi par des hommes armés qui ont ouvert le feu dans une mosquée près de la localité kényane de Liboi, à une quinzaine de kilomètres de la frontière avec la Somalie. L'attaque a également fait deux blessés, a déclaré le préfet du département de Garissa, Maalim Mohammed, précisant que les assaillants étaient une dizaine. Les deux femmes ont été abattues alors qu'elles accouraient à la mosquée, attirées par les cris, a-t-il précisé. Selon une source policière à Garissa, des hommes lourdement armés ont pris d'assaut la mosquée et ont ouvert le feu sur les fidèles de façon aveugle. L'attaque n'a pas été revendiquée et les mobiles des assaillants restent inconnus. La région de Garissa, où se situe Liboi, dans l'est du Kenya, est l'un des principaux foyers de tension issues de l'intervention de l'armée kényane en Somalie en octobre 2011 pour en déloger les insurgés islamistes shebab.

 


© jeuneafrique.com
Image d'illustration
Déjà Le 7 décembre, cinq personnes avaient été tuées par une grenade lancée contre un groupe de fidèles sortant d'une mosquée du quartier à majorité somali d'Eastleigh, à Nairobi. Deux personnes avaient été blessées le 19 décembre, toujours à Eastleigh, par l'explosion de deux engins près d'une mosquée. Depuis l'entrée de son armée en Somalie, le Kenya a été la cible de nombreuses attaques, dans la région de Garissa, à Mombasa et sur le reste de la côte kényane, et enfin dans la capitale Nairobi et sa banlieue. Les autorités kényanes attribuent quasi-systématiquement ces attaques aux insurgés islamistes somaliens shebab, qui ont à plusieurs reprises menacé le pays de représailles, mais ceux-ci n'ont jamais revendiqué les attaques. Des observateurs n'excluent pas que certaines actions soient liées aux tensions suscitées par l'approche des élections générales.

La tension à quelques jours des élections
A quelques jours de líélection présidentielle, prévu le 4 mars, le Kenya est en alerte. Le gouvernement craint un retour au chaos avec la recrudescence des attaques. Les conflits intertribaux refont surface. Les Kényans craignent de vivre à nouveau le scénario de 2007. Líactuel président Mwai Kibaki avait été élu avec 4 584 721 des voix contre 4 352 993 des voix pour Raila Odinga, líactuel Premier ministre. La défaite díOdinga face à Kibaki avait déclenché une série díémeutes qui avaient fait plus de 1 000 morts et plus de 300 000 déplacés. Il aura fallu líintervention de Washington, qui a proposé un partage du pouvoir entre les deux protagonistes, pour que le pays revienne au calme. Le Kenya avait alors dû, être reconstruit, réformer ses institutions et adopter une nouvelle constitution

 



Commentaire


Retour en haut