Archive

Centrafrique: les orientations du président Bozizé au GUN

Il síadressait à la nouvelle équipe du PM Tiangaye à la suite du 1er Conseil des ministres

 

Le Président François Bozizé vient de définir au Gouvernement díunion nationale (GUN) conduite par Me Nicolas Tiangaye, les grandes orientations politiques tout en restant fidèle aux clauses de líaccord de Libreville, à la suite du premier conseil des ministres, à Bangui. Il a rappelé au cours de ce conseil que le gouvernement aura pour mission de restaurer la paix et la sécurité, organiser les élections législatives après la dissolution de l'Assemblée nationale, réorganiser les forces de défenses et de sécurité. Il devra également réorganiser l'administration territoriale, réformer le système judiciaire, poursuivre le processus de Désarment Démobilisation et Réinsertion (DDR) et la Réforme de Secteur Sécuritaire (RSS) avec le concours et l'assistance de la communauté internationale tout en engageant les reformes économiques et sociales.

 


© lematin.ma
Image d'illustration
«Le gouvernement et moi, avons ainsi la grande servitude de mettre en application les clauses de l'Accord de Libreville et rendre hommage à la bonne volonté des chefs d'Etat de la Communauté Economique des Etats de l'Afrique Centrale (CEEAC), qui ont de nouveau apporté leur soutien qui nous a permis de surmonter cette récente phase combien difficile», a dit le chef de l'Etat centrafricain. Pour atteindre ses objectifs díici la fin de son mandat en 2016, le président síest entouré díhommes quíil sait compétents. Cíest pourquoi à la suite du Conseil des ministres et dans une déclaration à la radio nationale, il a dit «autrefois, la plupart de ces ministres étaient de simples citoyens. Mais maintenant, ils sont investis díune grande mission, celle de la gestion de leur département respectif. Jíai pris ce moment pour les conseiller, leur dire de ne pas se comporter en homme irresponsable».

Il a demandé a chacun des ministres de travailler avec abnégation. Pour lui, «un bon ministre níest pas celui qui reste tout le temps dans son bureau. Il est un homme de terrain. Cíest sur le terrain quíon se rend compte du réel problème de la population». «Jíai demandé aux ministres de venir au travail à líheure, parce que la question de la ponctualité fait beaucoup défaut aux agents et aux fonctionnaires de líEtat en Centrafrique. Je leur ai dit que cíest à eux de donner les bons exemples à leurs administrés dans la ponctualité et le respect des horaires du travail», a-t-il affirmé. Il a également mentionné certaines difficultés que traverse le pays notamment la question de sécurité et le cantonnement des éléments de la rébellion Séléka. Il síagit de la première déclaration faite par le président François Bozizé après la nomination des nouveaux membres du gouvernement díunion nationale de transition.

 



Commentaire


Retour en haut