Archive

Can 2013: La belle aventure du Burkina-Faso

Par solidarité francophone, les Centrafricains devraient être derrière le Burkina, dimanche 10 février, à moins que la pilule du match éliminatoire perdu ne soit pas encore passée

 

A l’entame de la compétition, les hommes du belge Paul Put n’avaient pas les faveurs du peuple centrafricain. Tous souhaitaient leur élimination dès la fin du premier tour à l’exemple du Maroc. Cela s’explique que par le fait que les deux sélections se sont rencontrées dans la dernière ligne droite des matches qualificatifs pour une participation à une phase finale de la Can. Une première pour la Centrafrique et la troisième pour le Burkina. En battant leurs adversaires du Burkina, par un but à zéro au match aller à Bangui, les Centrafricains avaient entretenu en l’espace de 90 minutes le rêve d’une participation à la CAN 2013. Mais au match retour à Ouaga, il a bien fallu redescendre sur terre et constater que le rêve s’est envolé au terme d’une rencontre très contestée, digne d’un film à suspense. Une fois de plus la Centrafrique a été frustrée d’une qualification historique, pourtant elle avait ouvert le score de la partie qu’elle perdra par la suite un but contre trois

 


© afp
Les joueurs burkinabè en joie pour la finale de la Can 2013
Les réclamations de la fédération centrafricaine, ignorées de la Caf ne feront qu’entretenir le courroux du peuple centrafricain contre la sélection burkinabè qui finalement fera partie des 16 prétendants à la Coupe dont la conquête a commencé le 19 janvier dernier. Près de trois semaines après et plus de 5 rencontres dans les jambes ce sont les Etalons du Burkina-Faso qui disputeront dimanche 10 février la finale de la Coupe d’Afrique des Nations 2013.

Le dernier survivant francophone
Pour sa neuvième participation à une phase finale de la Can, la troisième consécutive, le Burkina-Faso voulait effacer le souvenir de sa précédente participation où les Etalons avaient été éliminés dès le premier tour en terre gabonaise en 2012. Avec des joueurs comme Alain Traoré, Charles Kaboré et Jonathan Pitroipa en chefs de file, les Burkinabés ont tenté l’impossible en 2013: «d’aller le plus loin possible». Et se sera la finale dont ils ont gagné le ticket en venant à bout de la valeureuse équipe du Ghana désignée comme favorite face au Burkina Faso en demi-finale. De l’avis des chroniqueurs sportifs, tout s’est joué sur des détails et des tournants qui ont été en défaveur des Blacks Stars. Lors du quart de finale, Asamoah Gyan, l’attaquant vedette du Ghana s’était montré décisif face au Cap Vert. Contre les Etalons, sa maladresse a provoqué la chute de son équipe. Ils ont produit un jeu très moyen durant la compétition alors qu’il y avait de belles promesses après des succès retentissants face à la Tunisie et l’Egypte en préparation.

Quant au Burkina Faso, c’est la sensation du tournoi, après la Zambie en 2012. Personne n’attendait les hommes de Paul Put à ce stade de la compétition. Un très bel exploit réalisé par la bande de Jonathan Pitroipa qui a réussi à battre cette redoutable équipe du Ghana dans leur jardin de Nelspruit. Le bac à sable de la CAN 2013 qui a vu leurs différents exploits naître. Durant la rencontre, les Burkinabés par leur puissance physique ont su neutralisé la vivacité ghanéenne. Emmené par un Astride Bancé des grands soirs, la pile électrique Nakoulma sans oublier les métronomes Pitroipa et Kaboré qui ont offert à ce pays sa première finale dans une CAN. Par solidarité francophone, les supporters centrafricains devraient être derrière le Burkina-Faso, dimanche 10 février, à moins que la pilule du match éliminatoire perdu ne soit pas encore passée.

 



Commentaire


Retour en haut