Archive

Centrafrique: Me Nicolas Tiangaye a été désigné Premier ministre

Il assurera la transition avec la charge de former dans les plus brefs délais, un gouvernement d’union nationale

 

A quelques jours du délai d’une semaine de cessez-le-feu donné par la coalition Séléka qui menace le pouvoir de Bangui depuis le mois de décembre 2012, le président de la République centrafricaine François Bozizé vient de signer un décret nommant Me Nicolas Tiangaye au poste de Premier ministre. Cette décision intervient à la suite de la tenue d’une cérémonie accueillant au palais de la Renaissance toutes les entités signataires de l’accord de Libreville et à laquelle prenait part des représentants du pouvoir, de l’opposition, de la rébellion de la Seleka, des mouvements politico-militaires non combattants et de la médiation congolaise. L’initiative de cette cérémonie a été prise, selon RFI, à l’issue d’une rencontre entre le président Bozizé et Emile Ouosso, l’émissaire de Denis Sassou Nguesso.

 


© afp
Me Nicolas Tiangaye est nommé PM
Depuis ce jeudi 17 janvier, c’est chose faite, Me Nicolas Tiangaye désigné pour le poste par l’opposition politique et la Seleka a été officiellement confirmé dans le fauteuil de Premier ministre. Il remplace à cette tâche, le Pr. Faustin Archange Touadera poussé à la démission à l’issue des négociations du 11 janvier dernier à Libreville au Gabon. Son mandat est d’assuré la transitions jusqu’à la tenue des prochaines élections présidentielles et il ne peut être révoqué par le président de la république. De manière urgente, il lui revient de former un gouvernement d’union nationale au sein duquel toutes les composantes de la société centrafricaine seraient représentées. Il aura aussi la charge de préparer dans les douze prochains mois, la tenue des élections législatives.

Me Nicolas Tiangaye, président de la CRPS
Ancien président de la ligue centrafricaine des droits de l'Homme, Me Tiangaye s'est rendu célèbre en défendant l'ex-empereur Bokassa en 1986-1987, en plaidant au Tribunal pénal international pour le Rwanda, mais aussi en se défendant lui-même en 1991 lors du procès intenté contre lui par le régime du président André Kolingba. Il a également défendu François Bozizé, accusé d'un complot sous le régime d'Ange-Félix Patassé en 1989. Il a été président du Conseil national de transition (CNT, parlement de transition) en 2003 après la prise de pouvoir de Bozizé et a surtout été un des principaux rédacteurs de la Constitution adoptée en 2004. Avant sa nomination à ce poste, il était le porte-parole du Front pour l'annulation et la reprise des élections de 2011, le FARE-2011.

Né le 13 septembre 1956 à Bocaranga, de nationalité centrafricaine, Me Nicolas Tiangaye est avocat au Barreau de Centrafrique depuis 1983. Président de la Convention républicaine pour le progrès social (CRPS), il a un goût prononcé pour le combat politique solidaire. C’est ainsi que la CRPS a milité au sein du Collectif des forces du changement (CFC). Récemment encore, avec ses pairs, Me Tiangaye a perçu la nécessité d’élargir la base de l’opposition démocratique vers une union sacrée, d'où la naissance à une plateforme composée du FARE-2011, Sauvons le Centrafrique, de l’UDPP et du MDREC, soit au total 9 partis de l’opposition non inféodée au régime du général Bozizé. C’est dans ce cadre que, d’une même voix l’opposition a exigé le dialogue, rejointe en cela par la coalition Seleka qui a militairement précipité le dialogue de Libreville. Et, c’est à l'issu du dialogue qu'est né le principe d’un gouvernement d’union nationale à confier à l’opposition démocratique d’où la désignation à l’unanimité de Me Nicolas Tiangaye.

 



Commentaire


Retour en haut