Archive

Centrafrique: Les leaders de la jeunesse se dédouanent du vandalisme

LíANECA et le CNJ-CA réfutent les accusations et condamnent les actes de saccage perpétrés contre líambassade de France en RCA

 

Depuis la prise díarmes díune coalition rebelle devenue très médiatisée ces derniers temps dénommée «SELEKA» (Alliance en sango langue nationale de la RCA), il y a eu une série de manifestations à Bangui la capitale de la République centrafricaine mais aussi dans les provinces, principalement dans les villes qui ne sont pas sous contrôle de ces rebelles.A Bangui, certains jeunes devenus des patriotes avaient assiégé líambassade, Haute représentation de la République française à Bangui le 27 décembre, procédant à des actes de vandalisme et entrainant une tension diplomatique entre les deux pays.

 


© tempsreel.nouvelobs.com
Le 26 décembre 2012 devant l'ambassade de France en RCA
Quelques jours après ces agissements, les différentes organisations de la jeunesse centrafricaine accusées díêtre à líorigine et de piloter ces actes, líune après líautre, se dédouanent à travers des déclarations. Pour le président de líAssociation nationale des étudiants centrafricains M. Fleury Junior Pabandji, «nous au niveau de líANECA, condamnons cet acte barbare mais nous disons haut et fort que líANECA nía été en rien derrière. La France est et reste un grand ami pour la RCA et en tant que leader, je ne saurais tolérer un tel acte», a mentionné M. Pabandji dans sa déclaration. Il a aussi précisé que les étudiants étaient díailleurs en Assemblée générale au moment où se déroulait ladite manifestation. Par ailleurs, le président de líANECA a précisé que les étudiants sont purement contre toute prise du pouvoir par les armes car, «(i les étudiants sont líavenir réfléchi de la République centrafricaine et si à chaque fois cíest la même situation, ces étudiants ne pourront jouir de leur pouvoir)».

Pour sa part, M. Christian Guenebem du Conseil national de la jeunesse centrafricaine (CNJ-CA), a rappelé à líopinion nationale et internationale quíau contraire, les différentes manifestations de la jeunesse avaient pour but de susciter líaide de la France «(Ö) Alors, comment peut-on poser un acte pareil dans une telle situation?» síest-il demandé.

 



Commentaire


Retour en haut