Archive

Troubles: Des soldats tchadiens à la rescousse de la Centrafrique

Ils arrivent dans le but díarrêter les rebelles qui se sont emparés de la ville de Bria et veulent déstabiliser le pouvoir de Bangui

 

A la demande du Président centrafricain François Bozizé, des troupes de líarmée de terre tchadienne sont arrivées le 18 décembre dernier à Kaga Bandoro, une ville au centre de la Centrafrique. A bord díune vingtaine de véhicules militarisés, ils sont venus prêter main forte aux éléments des Forces armées centrafricaines (FACA) déjà en place dans cette localité. Ensemble, ils doivent mettre sur pied une opération militaire afin de repousser les rebelles qui sont entrés en possession de la ville de Bria au centre du pays et menace le pouvoir en place.

 


© afp
Une armée au secours de la Centrafrique
Après plusieurs années díaccalmie (depuis les accords de paix signés à partir de 2007) les rebelles de la coalition Séléka, qui avaient déjà attaqué Ndélé et d'autres villes du Nord la semaine dernière, ont pris d'assaut Bria, ville de 30.000 habitants, dans la principale zone diamantifère du centre. Le Séléka revendique le respect de différents accords de paix signés entre 2007 et 2011. Ces accords prévoyaient le désarmement et la réinsertion des combattants. Mais selon un membre de la coalisions, rien n'a été fait pour nous sortir de la misère. Líexpérience que va apporter les soldats tchadiens bien organisées et rompues au combat après des années de luttes contre des rebelles dans líest de leur pays, devrait être nécessaire pour mener à bien cette contre-attaque.

Cette aide du Tchad vient réaffirmer les relations díamitié qui existe entre les deux. Líarmée tchadienne était déjà intervenue en Centrafrique pour expulser des rebelles de la Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP) de Birao, capitale du nord, fin 2010, ainsi que lors de la prise de pouvoir du Président Bozizé en 2003. Celui-ci était díailleurs attendu en début de soirée du mardi 18 décembre à Kaga Bandoro, pour saluer les troupes avant leur départ pour les zones occupées par les rebelles.

 



Commentaire


Retour en haut