Archive

FACA-UFDR: Quand un certain Michel Mbororo vient changer la donne

La République centrafricaine est probablement loin de connaitre une paix effective, au regard de la situation qui prévaut actuellement dans le pays

 

Selon une source digne de foi, un mouvement armé se préparait activement dans lextrême nord de la République centrafricaine avec en partie, des combattants de lUFDR. Et il y a quelque jours, la ville de Ndele a effectivement soufflé le chaud. Et pourtant, le danger est loin dêtre écarté avec lallure où prennent les choses. La fin du mois de novembre a été très rude non seulement pour les forces armées centrafricaines, mais aussi pour le régime en place qui peine à asseoir une sécurité qui peut rassurer la population des zones dites de tension.

 


© lemlpc.net
Pourquoi changer la donne
Une source a annoncé quune nouvelle rébellion dans le nord de la République centrafricaine avec en tête, un des chefs fondateurs de lUnion des forces démocratiques pour le rassemblement (UFDR) Michel Mbororo voulait sétablir dans la région. Selon cette source, cette «rébellion» se fait de plus en plus parler delle à cause des ses incursions répétitives, des exactions commises dans certains villages et bien dautres. Elle avait même surgi en plein centre de la ville de Ndele le 26 novembre dernier et a semé la panique au sein de la population mais, il ny aurait pas eu dhostilités ce jour-là. Lon dirait même que cette rébellion serait probablement sur la liste de la bande que les Forces armées centrafricaines ont attaquée près de Kabo. Mais jusque là le responsable de cette nouvelle aile de lUFDR ne semble pas encore se prononcer. Cependant, on parle aussi du retour aux commandes de Michel Am Nondroko Djotodjia, aussi cofondateur de lUFDR.

Pour ce qui est de lactuel patron de cette «rébellion», Michel Mbororo, il avait en 2007 suite aux affrontements entre les FACA et lUFDR, pris la tête dune dizaine dhommes pour fuir vers le Tchad voisin. Quelques mois après, sa présence avait été signalée au Soudan. Mais ce chef rebelle est de retour sur le territoire centrafricain depuis probablement le mois doctobre dernier à la tête dun important nombre de combattants de nationalités centrafricaines, tchadiennes et soudanaises. Certaines sources annoncent que Mbororo et ses hommes reprendraient sérieusement les commandes de lUFDR avec loccupation de certaines bases de lUFDR où se trouvent encore des éléments en instance du programme de désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR) dans les villes de Sam Ouandja et de Ndele. Et pourtant, daprès des informations proches du ministère en charge du DDR, ce programme en faveur des combattants de lUFDR et de la CPJP devrait démarrer dans les prochains jours.

La question qui se pose en ce moment est la position du gouvernement centrafricain devant cette situation du moment où cette aile de lUFDR représente déjà un danger assez élevé pour la quiétude de la paisible population. Que cherche cette branche de lUFDR? Larmée va-t-elle répondre? Et que deviendra laccord signé à Libreville? en effet, lUFDR commandée par Zakaria Damane est déjà signataire de laccord global de paix avec le gouvernement centrafricain en 2008 à Libreville au Gabon.

 



Commentaire


Retour en haut