Archive

République centrafricaine: LíOnu au secours des femmes victimes de violence.

Zainab Hawa Bangura, a signé deux accords avec les groupes armés et le gouvernement afin de protéger les femmes des violences sexuelles.

 

La représentante spéciale du Secrétaire général chargée de la question des violences sexuelles en conflit, Zainab Hawa Bangura, a annoncé mercredi 12 décembre la signature de deux accords avec les principales parties prenantes au processus de paix en Centrafrique. Ces accords concernent la lutte contre les violences faites aux femmes centrafricaines.

 


© journaldebangui.com
Zainab Hawa Bangura,représentante spéciale du Secrétaire général chargée de la question des violences sexuelles en conflit
« J'ai choisi d'effectuer ma première visite en République centrafricaine pour attirer l'attention sur la situation dans ce pays et faire en sorte que la communauté internationale ne l'oublie pas. Nous voulons faire avancer notre coopération avec la République centrafricaine. Aussi, j'espère et crois sincèrement que le communiqué conjoint avec le gouvernement ainsi que les engagements spécifiques pris par des groupes armés serviront comme de bons outils à cet égard » a déclaré Mme Bangura à líissue de la signature des accords.
Dans le communiqué conjoint rendu public , líon retrouve les engagements qui portent sur la lutte contre l'impunité pour les violences sexuelles, en veillant à la protection des femmes, des garçons et des filles contre la violence sexuelle dans le cadre d'un suivi efficace de l'accord de paix, et un soutien accru pour les services aux survivants. Le second accord est un communiqué conjoint de la Commission du désarmement, de la démobilisation et de la réintégration de pilotage (DDR), composé de représentants du gouvernement, de groupes armés, de l'ONU, et d'autres membres de la communauté internationale. Un des points clef de cet accord exige que les groupes politico-militaires doivent identifier et libérer immédiatement les groupes vulnérables tels que les femmes et les enfants.

 



Commentaire


Retour en haut