Archive

Centrafrique: Une autre attaque près de Kabo

Quatre militaires auraient été tués et un autre grièvement blessé dans l’attaque survenue à 15 km de la ville de Kabo, dans le nord

 

D’après l’AFP, c’est un haut responsable de l’armée centrafricaine qui annonce que deux militaires centrafricains ainsi que huit rebelles ont été tués hier dans des affrontements à une quinzaine de kilomètres de la localité de Kabo, au nord du pays, après que la base militaire de la ville ait été attaquée par un groupe rebelle. «La base du détachement militaire à Kabo a fait l'objet d'une attaque surprise lundi aux environs de 9 heures. Les assaillants se sont (...) emparés de quatre véhicules militaires équipés de mitrailleuses lourdes avant de se retirer. Mais ils ont été aussitôt pris en chasse. (...) À 15 km (de Kabo) des affrontements ont eu lieu pendant près d'une heure», explique le responsable militaire.

 


© rtbf.be
des militaires armées (image) d'illustration
Contactée par RFI, une source proche de l’hôpital de Kabo a affirmé que vu la distance où l’accrochage a eu lieu, il est difficile d’établir un bilan du côté des assaillants. Les corps des quatre militaires tués sont en cours de transfert sur Bangui. Selon cette la source précédemment cité par l’AFP, ce commando appartiendrait au Front Démocratique du Peuple Centrafricain (FDPC) d’Abdoulaye Miskine, un groupe rebelle auquel se sont joints les anciens membres de l’ex-groupe rebelle d’Abel Kadder Baba Laddé, un leader rebelle d’origine tchadienne qui s’est rendu à l’armée centrafricaine en septembre 2012. Le FDPC avait été l’un des premiers groupes rebelles centrafricains à signer un accord de paix, en février 2007, avec le régime de Bangui. Quelques mois plus tard, ce groupe rebelle avait néanmoins repris les hostilités contre le régime centrafricain, dénonçant la violation constante des accords établis entre les deux parties.

Cette attaque selon RFI a provoqué le déplacement de plusieurs personnes vers Kaga-Bandoro et vers Batangafo. Il y a dix jours déjà, des hommes armés ont intercepté des conducteurs de mototaxis qui remorquaient des passagers à 10 kilomètres de la ville de Kabo. D’après la gendarmerie, une somme de quatre millions de francs CFA avait été emportée par les malfrats. Il s’agirait du même groupe qui pourrait être à l’origine de l’attaque de mardi.

 



Commentaire


Retour en haut