Archive

Le Haut Conseil de la Communication évalue les médias centrafricains

L’atelier d’évaluation trimestrielle des médias publics et privés de la République Centrafricaine s’est tenu au Restaurant Kanakou, le 26 novembre 2012

 

C’était l’occasion pour la Vice-présidente du Haut Conseil de la Communication, Fernande Françoise Sackanot de situer le cadre de ce rendez-vous trimestriel avec les journalistes centrafricains. Pour la Vice-présidente du HCC, cet atelier voulu par les journalistes centrafricains, est un cadre d’échanges sur les problèmes du secteur. Il permettra aux uns et aux autres de partager les expériences, conseils et difficultés afin de rendre plus professionnels les médias centrafricains qu’il s’agisse des organes publics que privés.

 


© journaldebangui.com
l'Immeuble abritant le HCC à Bangui
Quatre communications ont été présentées à cet effet. Entre autres, la pratique du journalisme au regard de l’Ordonnance n°05.002 du 22 février 2005 relative à la liberté de la communication en RCA et le code de déontologie du journaliste centrafricain du 2 juin 2012; l’appréciation du pluralisme d’information dans les contenus médiatiques; présentation des manquements et dérapages relevés dans les productions médiatiques au niveau de la presse audiovisuelle; présentation des manquements et dérapages relevés dans les productions médiatiques au niveau de la presse écrite.

A cet effet, Monsieur Gervais Francis Voyemacoa du HCC, s’appuyant sur les dispositions de l’article 16 do Code de déontologie des journalistes centrafricains a signifié que la presse centrafricaine jouit d’une liberté relativement importante. Toutefois, le journaliste, précise l’orateur, doit de prendre l’entière responsabilité des informations publiées ou diffusées même sous un pseudonyme. Un appel au respect des règles éthiques et déontologiques qui fondent la profession. Cet atelier d’évaluation est organisé par le HCC avec l’appui financier de l’Institut Panos Paris.

 



Commentaire


Retour en haut