Archive

Donation: La banque islamique vole au secours de Bangui

Elle vient díaccorder un prêt díenviron 5 milliards de FCFA à la Centrafrique pour lutter contre la pauvreté

 

La Banque arabe pour le développement économique en Afrique (BADEA) a accordé un prêt díenviron cinq milliards de Francs CFA à la République centrafricaine, en faveur du développement rural. Le document du prêt a été signé à Bangui entre le ministre díEtat au Plan et líéconomie, M. Abdou Karim Mékassoua et le Directeur général de la BADEA, M. Abdelaziz Khelef. Cet important prêt permettra au pays de mettre en úuvre des projets de développement dans certaines villes, notamment à Bambari, à Sibut et dans les zones périphériques de Bangui. Líobjectif est de lutter contre la pauvreté.


La République centrafricaine fait face à un crucial problème de développement, sur les plans, économique, social et politique. Le processus du relèvement a pris du plomb dans líaile, plus particulièrement dans les provinces, affectées par la dégradation de la situation sécuritaire. Selon un slogan de plus en plus à la mode, líon níarrive jamais à «manger trois repas par jour», une réplique reprise par le ministre en charge du développement rural, M. Fidèle Gouandjika.

 


© africatime.com
La BADEA , une structure au service du develloppement en Afrique
Líenveloppe accordée par la BADEA síinscrit dans la dynamique de renforcement des actions du gouvernement vers líatteinte de ses objectifs en matière du développement local. Díailleurs, le ministre díEtat au plan, Abdou Mékassoua, a indiqué lors de la signature que cet accord que líenveloppe permettra la mise en úuvre des projets visant à «la sécurité alimentaire et líaccroissement des revenus des ménages ruraux qui permettra la création díemplois et une redistribution de revenus en faveur des populations vulnérables des zones cibles». Pour sa part, le directeur général de la BADEA, M. Abdelaziz Khelef, a fait savoir que les projets inscrits dans la cadres de cet accord concernent particulièrement le «développement économique et social et la lutte contre la pauvreté, en appuyant également le désenclavement des zones de production et líamélioration des infrastructures et díaccès aux marchés».


Commentaire


Retour en haut