Archive

Ledger Plaza Bangui: ils devront passer à la caisse

Désormais, qui qu’il soit, il devra payer ses factures avant de se faire servir. Ainsi en a décidé le Président centrafricain, François Bozizé

 

«Payer avant d’être servi», a-t-on coutume d’entendre dire, les serveuses et serveurs des bars, bistrots et restaurants, à leurs clients bien avant que ceux-ci soient servis. Une manière tacite d’inviter les clients à passer à la caisse avant de consommer. Ce sera désormais le cas à l’Hôtel Ledger Plaza Bangui qui a fait la triste expérience des hommes du pouvoir. Un des fils du Président de la République, Kevin Bozizé est passé par là, a jouit comme il se doit de toutes les prestations que pourrait offrir un Hôtel cinq étoiles et a préféré faire usage de son patronyme pour justifier sa consommation. Montant de la facture, huit millions de Fcfa. Une somme colossale dont Ledger Plaza en aura peut-être besoin pour provisionner tout ce dont elle a besoin pour son fonctionnement.

 


L'hotel cinq étoiles de Bangui
Et même si du côté de l’hôtel de luxe, on refuse de commenter l’information, de sources concordantes qui requièrent l’anonymat soutiennent que Kevin Bozizé n’est pas le seul dans cette situation. Des hauts gradés de l’Armée, des hauts responsables politiques proches du pouvoir se trouvent dans la même situation et trembleraient depuis que le Chef de l’Etat a demandé à tous ceux qui sont redevables vis-à-vis de cet hôtel de passer honorer leurs dettes de peur de se voir trainer devant la justice.

Mais comme nous sommes dans un pays où le patronyme a toute son importance, Kevin Bozizé - le fils du Président qui se croyait à l’abri de toute crainte, a été surpris par son père qui refuse de cautionner une telle bévue. Ayant compris que de tels comportements ne décrédibilisent pas leurs auteurs mais plutôt lui-même et partant son régime, le Chef de l’Etat a tapé du poing sur la table.Comme il avait annoncé le 15 mars 2011, la récré est terminée et malheur à celles et ceux qui continuent de penser qu’ils peuvent impunément piller comme ils en ont l’habitude.

Le fils du Président qui demeure incarcéré à la Section de Recherche et d’Investigations (SRI) pour factures non payées, c’est du jamais vu dans ce pays. Peut-être que les choses sont en train de changer et pourvu qu’il en soit ainsi dans tous les domaines.
Par Fleury Koursany

 



Commentaire


Retour en haut