Archive

Tensions: Le chef díEtat major est arrivé à Birao

Un incident à provoquer une bataille rangée qui síest soldée par quatre morts dans les rangs des Forces armées centrafricaines (Faca)

 

Une délégation d'une dizaine de responsables parmi laquelle le chef d'état-major centrafricain et l'attaché militaire tchadien à Bangui est attendue aujourd'hui à Birao où, la tension est montée entre les contingents centrafricain, tchadien et soudanais chargés de sécuriser cette région des trois frontières au nord est de la République centrafricaine. Mercredi soir, un soldat tchadien qui rentrait à la base a été touché par un tir et a été blessé à la jambe. L'incident a provoqué, ce jeudi 15 novembre, une bataille rangée qui s'est soldée par quatre morts dans les rangs des Forces armées centrafricaines (Faca), deux soldats blessés dans les rangs tchadiens et un autre côté soudanais. Aucune déclaration officielle du côté des autorités centrafricaines n'avait encore été faite vendredi matin sur cet incident.

 


© AFP
Soldats des Forces armées centrafricaines (Faca)
C'est au lendemain de l'incident du 14 novembre que la confrontation s'est produite à l'intérieur de la base. Il est difficile de dire qui a commencé à tirer. Sont-ce les militaires tchadiens rendus furieux par l'agression de l'un des leurs? Les Tchadiens ont-ils soupçonné que leur compatriote avait été blessé par un soldat centrafricain?

Certaines sources locales rappellent qu'en juillet dernier, un soldat tchadien avait été tué par des militaires centrafricains lors d'une beuverie qui avait mal tourné. Les Tchadiens ont-ils cherché hier à se venger? Seule certitude, des tirs nourris et de tous calibres ont résonné pendant une partie de la matinée à l'intérieur de la base militaire. Des tirs qui ont encore retenti dans la matinée du jeudi contraignant certains habitants à se terrer chez eux, et díautres à síenfuir dans la brousse, à la suite de ceux qui avaient fui la veille, a relaté le correspondant de Radio Ndéké Luka. Manifestement, les trois officiers à la tête des contingents centrafricains, tchadien et soudanais ont eu bien du mal à maîtriser leurs troupes. Les autorités locales, notamment le préfet, se sont rendues sur place pour tenter de calmer le jeu. Depuis, les trois contingents sont retranchés dans leur coin. L'affaire a, en tout cas, provoqué un moment de panique à Birao. Des Chinois qui prospectent le pétrole dans la zone sont venus se mettre à l'abri à la préfecture. Des folles rumeurs sur une éventuelle attaque de la ville de Birao par les ex-rebelles de líUnion des forces Démocratiques pour le Rassemblement (UFDR) sont signalées ces derniers temps.

 



Commentaire


Retour en haut