Archive

Centrafrique: Arrestation díun fils de François Bozizé

Le président François Bozizé aurait ordonné la détention de son fils, Kevin Bozizé, pour avoir refusé de payer sa facture díhôtel, díenviron 10.000 euros

 

La facture comprend le prix díune chambre, le repas et díautres prestations au Ledger Plaza Hôtel à Bangui, la capitale centrafricaine. Kevin Bozizé a été arrêté la semaine dernière. Depuis le 6 novembre, selon la Radio Ndéké Luka, il est en détention surveillée à la Section des Recherches et díinvestigations (SRI) à Bangui. Il a été arrêté sur instruction de son père, le Chef de líEtat, pour níavoir pas payé la facture de 7 000 000 FCFA (environs 10, 7 milles euros) dans líHôtel cinq étoile de la ville. Il est reproché au capitaine Kevin Bozizé díavoir une ardoise non payée de líun des meilleurs et nouveau complexe hôtelier de la capitale centrafricaine.

 


© cap
Le capitaine Kevin Bozizé aux arrêts?
Mécontent, son géniteur le Président de la République a donné le feu vert pour son arrestation. Par ailleurs, selon líAgence France Presse, le fils du président ainsi que la responsable de líhôtel avaient été arrêtés dans un premier temps. Une source anonyme affirme que le président centrafricain avait convoqué son fils et la directrice, et que Kevin Bozizé avait confirmé avoir séjourné à líhôtel, et quíil avait payé toutes ses factures. Après vérification, la directrice a été libérée. Mais, on ne peut dire síil en est de même pour le fils du président.

Selon des sources concordantes, plusieurs personnalités civiles et militaires centrafricaines ont également leurs noms dans le compte débiteur de Ledger Plazza. Le Chef de líEtat centrafricain enjoint également ceux-ci de síacquitter de leurs obligations dans un délai raisonnable. Pour rappel, le directeur commercial de líHôtel Ledger Plazza a également été écroué à la SRI suite à ces histoires de dettes multiples. Il a été arrêté au motif de la forte présomption de complicité qui avait pesé au départ sur sa personne dans cette affaire. Il a recouvré sa liberté.

 



Commentaire


Retour en haut