Archive

Mali: Dahou Ould Kablia contre une intervention militaire

Le ministre algérien ne pense pas que le nord du pays pourrait devenir une base dAl-Qaïda

 

Dans une interview accordée au journal Le Soir le jeudi 8 novembre 2012 dernier, le ministre algérien de lIntérieur a déclaré que la situation qui prévaut actuellement au Nord du Mali ne nécessite pas une intervention armée aussi bien de la Cédéao que de la part de lONU. Selon lui, lidée selon laquelle cette partie du pays risquait de devenir une assise dAl-Qaïda ne tient pas la route. Cette sortie permet dès lors de se faire une idée sur la position de lAlgérie vis-à-vis de la situation au Nord Mali. Et de plus Dahou Ould Kablia conteste avec une vive énergie toutes les personnes qui pensent que le Sahel pourrait devenir un nouvel Afghanistan. Pour lui leurs arguments ne tiennent pas debout

 


© Xinhua
Dahou Ould Kablia, le ministre algérien de lIntérieur
Le gouvernement Algérien, lui pense plutôt que, cest en dialoguant quon pourrait trouver une solution au problème qui se pose dans cette zone. Si les gens s'imaginent qu'il faut réinstaurer l'autorité centrale sur le nord du Mali par la voie de la guerre, cela aura des conséquences très graves, continu le ministre. En effet, cest lAlgérie qui depuis vingt ans joue les médiateurs dans les divers accords de paix entre Bamako et les rébellions touaregs. Il se pourrait donc que l'Algérie ne souhaite pas que des puissances étrangères viennent mettre leur nez dans une zone qu'elle considère comme son arrière-cour. Et à tort ou à raison ce gouvernement dédramatise la situation. Le nombre de terroristes et de narcotrafiquants au Sahel ne dépasse pas 2000 à 3000 affirme le ministre algérien. Mercredi 7 novembre à New York le ministre allemand des Affaires étrangères déclarait encore que l'établissement d'un refuge pour terroristes dans le nord du Mali menacerait la sécurité mondiale.

Cette sortie du ministre de lIntérieur arrive alors que les préparatifs en vue d'une intervention militaire dans le nord du Mali s'accélèrent. Les chefs d'Etat ouest-africains devant se réunir dimanche 11 novembre prochain à Abuja pour en approuver les modalités, qui seront transmises la semaine prochaine à l'ONU pour un feu vert définitif. Ce sommet des chefs dEtat de la Cédéao doit adopter un plan d'intervention militaire au Mali avec une force composée de 3.000 à 4.000 soldats, essentiellement ouest-africains.

 



Commentaire


Retour en haut