Archive

RCA: LíOuganda menace de retirer ses troupes des Forces Africaines

Trois pays sont concernés par cette menace parmi lesquels figure la République centrafricaine

 

Il síagit díune réponse adressée au Conseil de Sécurité des Nations Unies au sujet des allégations de cette institution internationale relative à un éventuel soutien de l'Ouganda aux rebelles congolais du M23. Líannonce de ce retrait a été faite par le ministre de la sécurité de ce pays Wilson Mukasa, et publiée par une presse internationale. Le membre du gouvernement ougandais a décrit la situation comme «irréversible» et a précisé qu'un autre ministre était en route pour New York afin d'expliquer sa position à l'organisation internationale. Le retrait de ses troupes concerne les zones dites sensibles notamment la Somalie, la République Centrafricaine (RCA) et la République Démocratique du Congo (RDC). «Ce que nous avons dit et ce que nous proposons aux Nations unies, c'est que nous allons nous retirer de nos engagements en Somalie, en République Centrafricaine et en République Démocratique du Congo pour nous concentrer sur notre propre sécurité, ici en Ouganda», a déclaré le ministre à Kampala.

 


© unoca.unmissions.org
Les forces ougandaises lors de la mise à disposition auprès de l'Union Africaine
Vendredi 19 octobre, le Conseil de sécurité de Nations Unies a exprimé dans une déclaration son «soutien total» au groupe díexperts qui accuse le Rwanda et líOuganda díarmer les rebelles du M23 dans líest de la RDC. Les experts de líONU ont renouvelé leurs accusations dans la version finale de leur rapport. Selon ledit rapport, les armes livrées par le Rwanda et líOuganda comprennent, des mitrailleuses lourdes de 12,7 mm, des mortiers de 60 mm, 91 mm et 120 mm ainsi que des roquettes anti-char et des moyens anti-aériens. Les auteurs observent que Kampala a permis au groupe rebelle díopérer librement sur son territoire et díaméliorer ses relations extérieures. Le M23 est constitué de centaines de déserteurs de l'armée congolaise rassemblés derrière Bosco Ntaganda, général mutin recherché par les autorités de la RDC et par la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes de guerre. Les combats ont contraint quelque 320.000 civils à fuir.

Du coup, des interrogations alimentent les actions de la traque de Joseph Kony et sa rébellion, líArmée de Résistance du Seigneur (LRA) dans le triangle RCA, RDC, Sud Soudan. Síacheminerait-on vers un difficile combat? Et quelle serait la suite à donner à cet engagement de líUnion Africaine et ses partenaires surtout que cíest líOuganda qui dispose du du plus important nombre de soldats et logistiques? A quand finalement la fin de líaventure de Joseph Kony? Difficile de répondre à ces interrogations. Il faut dire que malgré le déploiement des soldats centrafricains, américains, ougandais, congolais et sud-soudanais contre la LRA sous líégide de líUnion Africaine, la population continue de subir les affres de la présence de ces rebelles.

En Somalie, sur les 17 000 soldats de líUnion africaine, 6000 sont Ougandais. Ils sont principalement basés à Mogadiscio et sont parvenus avec les Burundais à chasser les shebabs de la capitale somalienne. Le départ de ces troupes serait une catastrophe. Toutefois, selon une source de líAmisom, cette menace ne suscite guère de débats car elle a peu de chance de se concrétiser. En effet, les soldats ougandais envoyés en Somalie gagnent un peu plus de 1 000 dollars par mois, bien plus quíen restant chez eux. En outre, les avantages notamment en termes de financement de la communauté sont nombreux. Le président Yoweri Museveni ougandais a également gagné une stature régionale à laquelle il lui serait difficile de renoncer.

 



Commentaire


Retour en haut