Archive

Bakouma: CAWA Safari vole au secours de la population

La compagnie a offert des kits scolaires et des médicaments aux populations de Bakouma.

 

Plusieurs enfants de la ville de Bakouma située dans la préfecture du Haut-Mbomou ont reçu des kits scolaires composés des cahiers, des stylos, des crayons, des craies, des ardoises, des cartables pour une valeur de plus de 4 millions de F CFA. Ces kits leur sont offerts par la société CAWA Safari. La société a été représentée lors de la cérémonie par M. Jacques Aïmoussa en présence du sous-préfet et la présidente de la délégation spéciale de ladite ville. Ces dons on été suivis de la remise des médicaments et des matériels de laboratoire díune valeur de plus de 2 millions F CFA à líhôpital de Bakouma. Le représentant à Bakouma de CAWA Safari contacté, a signifié que cette action est une marque de confiance en dépit de ce quía enduré la société sur la mauvaise foi de certains fils de la ville qui veulent nuire à CAWA Safari. Il a aussi promis quíavec líapport de leurs partenaires, ils vont devoir prendre en charge tous les frais de scolarité des enfants inscrits de la ville.

 


© medias.com
Cawa safari voudrait donner du sourire aux écoliers
Il a poursuivi que ce níest quíune manipulation de la part de M. Faustin Bandoulou qui se dit représentant du «Collectif des parents des victimes» alors quíun collectif de ce genre níexiste même pas. Notons que après la société minière française AREVA qui quitterait définitivement la région probablement le 31 décembre prochain, CAWA Safari est líunique société encore active dans la préfecture du Mbomou. M. Aïmoussa a précisé que si la société a choisi la mission catholique pour remettre ces médicaments et matériels de laboratoire, cíest pour éviter des cas de détournement. Il a aussi déploré le fait que des campagnes de dénigrement continuent díêtre lancées contre la société malgré le verdict du Tribunal sur líaffaire de meurtres des 13 jeunes miniers. Selon lui, depuis le retour de la société, il níy a jamais eu un signe de mécontentement quelconque de la part de la population. Bien au contraire, de nombreux jeunes ont été de nouveau employés car la société a doublé de mains díúuvres.

Il a poursuivi que ce níest quíune manipulation de la part de M. Faustin Bandoulou qui se dit représentant du «Collectif des parents des victimes» alors quíun collectif de ce genre níexiste même pas. Notons que après la société minière française AREVA qui quitterait définitivement la région probablement le 31 décembre prochain, CAWA Safari est líunique société encore active dans la préfecture du Mbomou.

 



Commentaire


Retour en haut