Archive

RCA/Cameroun: Des Chinois pris en otage

Ils auraient été enlevés, il y a un mois lors de líattaque du poste frontière par des rebelles centrafricains à líOuest entre les deux pays

 

Selon une dépêche AFP, deux Chinois travaillant sur une route dans l'ouest de la Centrafrique auraient été enlevés lors de l'attaque encore obscure du poste de frontière de Garoua-Boulai (Cameroun est) dans la nuit du 23 au 24 septembre. Trois personnes ont été tuées dans cette attaque dont les auteurs et les motivations restent obscurs, avait rapporté le 25 septembre la radio d'Etat camerounaise. Selon la Cameroon Radio and Television (Crtv), des "rebelles armés" avaient ouvert à "un poste péage" routier "à l'entrée de la ville de Garoua Boulaï", tuant deux personnes dont le chef de poste. Le corps d'un des "rebelles" et le véhicule à bord duquel ils se trouvaient ont été retrouvés à une vingtaine de kilomètres du lieu de la fusillade, selon la Crtv.

 


© slateafrique.com
Des hommes armés non identifiés (image d'illustration)
Selon une source au sein de la gendarmerie de Bouar à líOuest de la République Centrafricaine, les assaillants dans leur fuite, ont pris en otage deux ressortissants chinois qui travaillaient sur la route Bouar/Garoua-Boulaï. Selon cette source, une délégation des autorités centrafricaines s'est rendue dans le secteur pour étudier la situation. "Le ministre de l'Equipement, Jean-Prosper Wodobodé, le 1er vice-président de l'Assemblée nationale, Laurent Ngon Baba et le chef d'état-major de l'armée centrafricaine le général Guillaume Lapo ont effectué une visite samedi et dimanche à Beloko (ouest) à la frontière avec le Cameroun", a indiqué cette source. "Les trois personnalités sont allées s'enquérir de la situation liée à l'attaque qui a fait trois morts en septembre, et une prise d'otage, précisément deux ressortissants chinois travaillant sur la route", a-t-elle poursuivi. Les autorités camerounaises n'ont fait aucune déclaration officielle sur le sujet. De nombreux groupes armés, coupeurs de routes et braconniers sévissent dans le nord-ouest de la Centrafrique.

 



Commentaire


Retour en haut