Archive

Singuila: Un retour aux sources

Né de parents centrafricains et congolais, la star du Rnb français, Singuila a effectué un passage à Bangui, ville où repose désormais son père

 

Le retour au bercail peut être une source dinspiration. Telle est peut être la motivation qui a poussée, Singuila, véritable icône mondiale du Rnb à faire un tour à Bangui. Un passage qui a permis à ses compatriotes centrafricains de voir de près leur idole qui domine les hits parades mondiaux depuis bientôt une décennie. Né à Suresnes (Hauts-de-Seine) en France le 19 septembre 1977, Singuila jouit de la double culture congolaise et centrafricaine doù sont originaires ses deux parents. Des origines fortement dominées par la mal gouvernance et des coups dEtats qui influencent les débuts du jeune artiste. A 22 ans seulement, il se lance dans le rap radical, avec le label Secteur Ä, puis avec le groupe «Psyché» où il pratique une musique de dénonciation. Il souvre par la suite à une carrière solo dans un nouveau registre, le R&B. Toute suite, il rencontre le succès. Pour son premier opus baptisé «On ne vit quune Fois» il vend plus de 200 000 disques. Ses titres phares, «C'est trop» «Aïcha» et «Ma Conscience» gagnent du terrain dans les hits parades. Il collabore également au titre «Thank You» de la célèbre chanteuse anglaise Jamelia. Ses débuts pleins de succès vont marquer les esprits et restent jusquà présent des classiques du RnB français.

 


© facebook
Singuila, l'Africain!
LAfrique, une histoire de cur
Dans le registre quil sest choisi, sa renommée traverse les frontières de la France où il vit. Ses fans se comptent désormais par milliers à travers le monde entier. Grâce à son deuxième opus «Ghetto Compositeur» sorti en 2006, il parcourt la planète où il rencontre de nouveau un franc succès quil défend sur scène durant une longue tournée. Soucieux de revenir à ses racines africaines, le jeune homme fier de sa double culture, malgré son départ dans les conditions difficiles garde un attachement particulier pour le continent africain qui a vu naître ses parents. Ça ma beaucoup marqué! A mon arrivée, jétais tellement heureux que jai voulu faire comme le Pape, embrassé le sol! La terre africaine a une magie, même ceux qui ny croient pas la ressente. Je suis parti de chez moi pendant la guerre, en tant que congolo-centrafricain, et je métais juré de profiter de cette chance. Je suis revenu, non pas en tant que congolo-centrafricain, mais en tant quafricain, représentant tous les africains! Mes victoires étaient les leurs! Les africains, tout bord confondus, Cest justement cet état de fait que jai retranscrit dans «enfant du pays», un des morceaux de mon deuxième album faisait-il savoir au cours de sa première tournée africaine. De ce premier passage en Afrique, il en a profité pour rencontrer et travailler avec des prestigieux artistes africains comme Lokua Kanza, Papa Wemba ou Mory Kante.

 



Commentaire


Retour en haut