Archive

Peine de mort : La Centrafrique síauto évalue.

Des centaines de personnes ont pris part à la célébration du 10ème anniversaire de la journée mondiale contre la peine de mort à Bangui

 


Le peuple Centrafricain a célébré le 10ème anniversaire de la journée mondiale contre la peine de mort sous le thème « Regard centrafricain sur la peine de mort » . Initiée par le Réseau des ONG des Droits de líHomme (RONGDH) en partenariat avec líAmbassade de France, líUnion Européenne (UE) et le Bureau Intégré des Nations Unies pour la Consolidation de la Paix en République centrafricaine (BINUCA) la cérémonie a vu la participation de nombreux centrafricains et des autorités consulaires. Au nombre des activités qui ont émaillé la célébration figurent une exposition sur lí« Eclairage historique et littéraire sur une peine sombre », faite par des élèves du Lycée Charles De Gaulle, et le visionnage d'autres documentaires.

 


Un autre court métrage, réalisé par les étudiants de líUniversité de Bangui, a, lui, été consacré aux différentes interprétations qui sont faites de la peine de mort. Les participants ont aussi eu líoccasion de suivre la réaction díun échantillon de la population et des professionnels de la justice par rapport à líexécution de la peine de mort en RCA et ses conséquences sur la société. Autre moment forts, la projection du discours du Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, à líoccasion du colloque « Moving away from the death Penalty » en juillet 2012 à New York, suivi par le les interventions de líex-Premier ministre díEspagne, José Luis Zapatero, à líoccasion du 4ème congrès mondial contre la peine de mort et de líancien ministre français de la Justice, Robert Badinter, à líAssemblée Nationale française, dans le cadre du projet de loi qui a conduit à líabolition de la peine de mort en France. Des interventions fortement appréciées par les jeunes participants.

A la lumière des différentes présentations quíil a suivi, Emery Bomba, élève au Lycée Charles De Gaulle, a indiqué: « Jíen déduis que cela níest absolument pas une pratique à encourager, surtout dans un pays qui se veut démocratique. Il est donc urgent pour la RCA de retirer cette peine de son Code pénal». Déjà, le Gouvernement centrafricain a mis en place un comité en charge de la relecture de la loi par rapport à la peine de mort en Centrafrique. Ledit Comité vient de soumettre un projet de loi qui devrait aboutir à líabolition de la peine de mort en Centrafrique.



Commentaire


Retour en haut