Archive

Togo: Loïk Le Floch-Prigent accusé pour d’escroquerie

L’ex-PDG d’Elf a été arrêté samedi 15 septembre 2012 et extradé au Togo dans le cadre d’un mandat d’arrêt international délivré par la justice de ce pays

 

C’est vendredi 14 septembre, au moment de monter dans un avion d’Air France reliant Abidjan, où il se trouvait depuis quelques jours, et Paris que Le Floch-Prigent a été appréhendé. Sont arrestation serait liée à celle d'un ex-ministre togolais, Pascal Bodjona, inculpé le 12 septembre dans une affaire d'escroquerie internationale, qui oppose un homme d'affaires togolais, Bertin Sow Agba, à un homme d'affaires émirati, Abbas El Youssef. Ce dernier a porté plainte contre le premier l'accusant d'avoir organisé un réseau pour lui soutirer 48 millions de dollars (environ 237 milliards 250 millions de FCFA). Les membres dudit réseau lui faisait croire qu'ils détenaient la fortune du défunt président ivoirien Robert Gueï, estimée à 275 millions de dollars et qu’elle était bloquée sur un compte en banque au Togo. Pour Abbas El Youssef, l’ex-PDG d’Elf était son conseiller personnel et c'est lui qui serait le chef d'orchestre dans cette affaire d'escroquerie, a précisé une source judiciaire togolaise. L’Emirati, a mis en cause dans les médias togolais Agba, Bodjona et Le Floch-Prigent. Il sera présenté ce lundi 17septembre au juge pour être entendu.

 


© www.bienpublic.com
Selon son avocat, Patrick Klugman, les formes de l’extradition telles que nous les connaissons actuellement n’ont pas été respectées. L’ancien PDG est l’enjeu d’une affaire intérieure à la politique togolaise, a-t-il déclaré avant d’ajouter, je ne suis pas convaincu qu’il soit réellement détenu pour des faits d’escroquerie. En effet, le transfert a été très rapide et la justice ivoirienne a assuré ne pas avoir été impliquée. L’ancien patron d’Elf a été entendu puis extrader par la police, a indiqué à Abidjan le substitut du procureur de la République, Noël Djé. Me Klugman s'est cependant déclaré rassuré par le fait que son client avait pu s'entretenir avec un avocat à Lomé. Pour certains observateurs, l'extrême rapidité du transfert de M. Le Floch-Prigent entrerait dans le cadre d'un échange de bons procédés entre Abidjan et Lomé. Le Togo est en effet le seul pays à avoir exécuté un mandat d'arrêt international des autorités ivoiriennes visant un exilé du camp de l'ancien président Laurent Gbagbo, en l'occurrence l'ex-ministre de la Défense ivoirien, Moïse Lida Kouassi.

Actuellement consultant dans le pétrole, Le Floch-Prigent a déjà été emprisonné à plusieurs reprise en France pour corruption. Incarcéré une première fois pendant cinq mois en 1996 pour malversations financières, il avait déclaré alors qu’Elf était considéré comme un instrument de la politique étrangère de l’Etat français. Condamné de nouveau en 2003 à cinq ans de prison pour abus de biens sociaux, il avait bénéficié d’une libération conditionnelle en 2004 pour raisons de santé. Cette santé inquiète d’ailleurs son avocat qui dit craindre pour l’intégrité physique de M. Le Floch-Prigent qui doit subir une intervention médicale prévue le 26 septembre à Paris.

 



Commentaire


Retour en haut