Archive

Centrafrique – Burkina: Choses vues et entendues à Bangui

Les faits ont été rassemblés et écrits à Bangui par Alexandre Le Grand ROUAMBA

 

Jamais la République Centrafricaine n’a pris part à une phase finale de CAN. Cette fois, elle se met à rêver puisqu’elle est désormais à 90 mn du bonheur. En effet, le 8 septembre dernier, au Stade des 20 000 places (c’est le nom du stade), il y avait visiblement plus de 20 000 supporters des Fauves affolés par cette envie de pousser leur équipe à la victoire. Un stade plein à craquer et à l’extérieur toujours noir de monde puisque des détenteurs de billets n’ont pu accéder aux tribunes. C’est dire que les Fauves avaient «faim» de victoire.

 


© journaldebangui.com
Les supporters Bukinabè au RDV de Bangui
Du gaz lacrymogène pour tous
C’était la croix et la bannière pour accéder au Stade des 20 000 places de Bangui. Un public fou autour dudit stad ! Il y avait ceux qui n’avaient aucun ticket d’entrée et ceux qui en possédaient mais qui ne pouvaient prendre place dans les gradins. La police armée était débordée. C’est dans cette ambiance que les officiels burkinabè (chef de mission et président de fédération) se sont retrouvés, avec leurs véhicules devant l’entrée officielle. Ils étaient bloqués puisqu’il n’y avait aucun passage. Ils attendaient et tout à coup, une fumée noire s’élève devant eux. C’était la débandade dans les rangs des supporters, La police venait de jeter des gaz lacrymogènes pour disperser la foule. Le chef de mission du Burkina et son chauffeur ont bien été atteints, même en étant restés dans leur voiture. C’est aussi le cas du responsable à l’organisation de la FBF. Bonjour la gymnastique pour les chauffeurs pour faire demi-tour. Dès que cela a été possible, c’était au tour des toutes les portes d’entrée. Les officiels burkinabè décidèrent de descendre des voitures et de négocier avec les policiers pour accéder par une porte ordinaire, quitte à rejoindre la tribune par le biais d’une longue marche. C’est ce qui a été fait. Triste organisation!

Exemple de supporters
Les Centrafricains aiment le football. Contrairement aux supporters burkinabè, ils se sont alignés depuis la veille et le jour du match pour acheter leurs billets. Les billets cadeaux n’existent pas là-bas. Et même avec cela, le stade a refusé du monde. Des détenteurs de billets sont restés dehors.

Bravo à la communauté burkinabè de Bangui
Les ressortissants burkinabè à Bangui ont été aux petits soins de la délégation burkinabè. Ils se sont mobilisés avant et pendant le match afin d’accompagner leurs compatriotes tout au long du séjour. Malgré la défaite, ils ont reçu les Etalons à manger au domicile d’une de leur doyenne, Mme Zèba de l’UNFPA.

Pas d’éclairage à la FCAF
A l’image de la ville Bangui, la lumière est une denrée rare. Nous avons été surpris de voir une réunion se tenir au siège de la Fédération centrafricaine de football (FCAF) dans le noir. On ne parle pas des routes impraticables. Bangui est une ville triste sur le plan du développement routier.

On pousse et on démarre
Le car affrété pour les Etalons pour leur séjour est particulier. Un mini-car qu’il faut chaque fois pousser pour espérer le voir démarrer avant que les joueurs ne montent à bord. Pour la partie centrafricaine, c’est encore triste.

 



Commentaire


Retour en haut