Archive

Le téléphone portable à líorigine des accidents de circulation

Le téléphone mobile níest plus un instrument de luxe mais plutôt un admirable outil de communication et de travail

 

Le téléphone mobile est un moyen efficace et indispensable de communication qui révolutionne le comportement sociétal de líhomme moderne. Il rapproche les hommes et participe à la prospérité du monde des affaires et permet surtout de combattre líinsécurité dans nos villes de provinces. Líavancée fulgurante des nouvelles technologies de líinformation et de la communication le prouve si bien mais derrière ces merveilles, il y a toujours des conséquences néfastes. En République Centrafricaine, dans chaque famille, il y a au moins une ou deux personnes qui utilisent le téléphone portable. Le plus grand nombre des sociétés de téléphonie mobile explique cet engouement. Les services offerts sont attrayants et moins chers. Les villes et villages sont dessertis, désenclavés en matière de communication par les quatre sociétés de téléphonie mobile à savoir Telecel, Moov, Orange et Azur. Ce qui place la République centrafricaine parmi les pays de la sous région de líAfrique centrale le mieux nantis.

 


© Le Visionnaire
Mais seulement, son utilisation excessive pose un sérieux problème. Pourquoi? Il fait líobjet de petites scènes de ménage. Dans un foyer, les époux se surveillent les communications parfois intimes. Les femmes se servent de téléphone pour se chamailler avec leurs rivales. En outre, ils sont le plus souvent la cause des accidents de la circulation. Il níest pas rare díobserver des spectacles les plus délirants quíoffrent les automobilistes et cyclistes circulant à toute allure qui communiquent au téléphone. Ils ne se soucient guère de líembouteillage ou des autres usagers, qui négociaient difficilement des passages. Parfois, ils donnent un violent coup de volant en pleine voie.

Vanité et tempête
Ce sont des gens irrévérencieux et intraitables quand on leur fait des reproches de se mettre au bout de la voie pour répondre aux appels téléphoniques. La situation dramatique ressemble à un jeu de théâtre burlesque. Il est de ce monde des gens qui adorent frimer sans se référer aux sages conseils ecclésiastiques. Cíest quand un accident de circulation est vite arrivé que vient le regret. Vanité, tout est vanité. En clair, qui sème le vent récolte la tempête, dit-on. Personne ne souhaite la perte tragique du prochain mais en conduite, il y a des règles du code de la route à respecter scrupuleusement pour soi-même et pour les autres. Donc, le ministère des transports et les forces de líordre qui ont mission de réglementer la circulation routière de prendre dès maintenant des mesures qui síimposent pour éviter des pertes en vies humaines. Au Burkina Faso par exemple, le gouvernement a interdit les communications téléphoniques en pleine circulation. Il en est de même pour les églises ou autres lieux qui nécessitent plus de respect pour les autres. Pourquoi ne le fera-t-on pas en République centrafricaine pour limiter les nombreux cas díaccidents? Par ailleurs, il y a le cas préoccupant des conducteurs des taxis motos qui pullulent les faubourgs de la capitale. En tout cas, les responsables du département des transports doivent prendre la question au sérieux.

 



Commentaire


Retour en haut