Archive

CAN 2013: Vérité sur la probable qualification

Encore un parcours de combattant des Fauves de Bas-Oubangui avant la finale…

 

Suite à la victoire de l’équipe nationale de football, les Fauves Bas-Oubangui sur leurs homologues les Pharaons d’Egypte, les supporters ont jubilé en accueillant en héros les athlètes à leur retour du Caire. Au match aller comptant pour les phases préliminaires de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2013 prévue l’année prochaine en Afrique du Sud, les Fauves de Bas-Oubangui ont battu leurs adversaires sur un score sans appel de 3 à 2 dans un stade fermé au public. Fait rare dans l’histoire du football centrafricain. Car, l’Egypte est une habituée de cette compétition continentale. Elle a, à maintes reprises, remporté le trophée. A noter que l’Egypte abrite le siège de la Confédération Africaine de Football (CAF). L’Afrique a accueilli avec surprise la victoire des centrafricains sur les Egyptiens qui ont une histoire footballistique jalonnée de gloire et d’exploits prodigieux. Après l’euphorie des Fauves de Bas-Oubangui qui ont été reçus avec pompe par le président de la République, François Bozizé au Palais de la Renaissance pour les remercier et l’encourager de conserver leur avantage, ils doivent faire face à la réalité après le 30 juin prochain lors de la rencontre déterminante au Complexe Sportif Barthelemy Boganda à Bangui.

 


Le parcours est encore long pour les Fauves
De quelle réalité s’agit-elle? En effet, les centrafricains ne sont pas suffisamment informés sur la participation des Fauves à cette compétition. Beaucoup d’entre eux croient que si les centrafricains éliminent l’Egypte, ils accéderont immédiatement à la phase éliminatoire. Or, en réalité les deux pays sont seulement engagés aux préliminaires. Le vainqueur rejoindra la poule initiale qui sera composée à l’issue d’un tirage au sort effectué par les instances de la CAF. Donc, en clair, les Fauves doivent s’attendre à un véritable parcours de combattant avant de se positionner parmi les pays qualifiés pour la CAN 2013 qui est un challenge pour s’affirmer sur l’échiquier et ce ne sera pas facile les athlètes qui ne manquent de talent. Le problème à l’heure actuelle est de mobiliser les moyens nécessaires pour les soutenir dans cette dure épreuve. En occupant la seconde place dans le classement provisoire des éliminatoires de la Coupe du monde 2014, l’on peut affirmer sans illusion que l’espoir est permis pour la République Centrafricaine de prendre part activement à cette compétition mondiale pour la première fois de son histoire. C’est cette information qu’il fallait soumettre à la compréhension du public sportif centrafricain. Ce ne sera que justice faite aux valeurs incommensurables à nos vaillants Fauves qui sont sur leurs dents depuis le début de ces compétitions entamées sur les chapeaux de roues.

 



Commentaire


Retour en haut