Archive

La France se félicite de la signature de líaccord de paix par la CPJP

Líévènement à eu lieu le 28 août dernier à Bangui

 

La France encourage désormais les autorités centrafricaines à mettre en úuvre le processus de Désarmement Démobilisation et Réintégration (DDR) des anciens rebelles sur tout le territoire afin de renforcer la sécurité en RCA. Cíest en substance ce que líon peux lire sur le site de la diplomatie française. Des propos corroboré par ces mots de M. Henri de Raincourt, ministre chargé de la Coopération : Nous nous félicitons de la signature de líaccord global de paix en République centrafricaine par la CPJP (Convention des Patriotes pour la Justice et la Paix). Celle-ci était le dernier mouvement rebelle díorigine centrafricaine encore en activité.

 


© diplomatie.gouv.fr
Accueil de Mme Dorothée Malenzapa, ministre de la Coopération de Centrafrique, par M. Henri de Raincourt, ministre chargé de la Coopération
La CPJP, a l'époque troublée par de scissions internes, avait alors refusé d'adhérer aux accords, contrairement aux autres ex-rébellions comme l'Armée populaire pour la restauration de la démocratie (APRD) de Jean-Jacques Demafouth. La signature d'Abdoulaye Hissène permet l'espoir en République Centrafricaine (RCA), pays pauvre au cúur du continent, qui attendait la fin d'un long cycle de violences pour relancer son économie et amorcer sa reconstruction. Cela va amener la RCA à renouer avec la sécurité et la paix sur l'ensemble de son territoire, a affirmé samedi Marguerite Vogt, Représentante spéciale du secrétaire général de l'ONU. On ne peut plus se déplacer librement dans le pays à cause des rébellions et autres bandes armées. Avec cet accord (...) chaque citoyen pourra jouir du droit d'aller et de venir en toute quiétude, affirme en souriant Eléonore Gouda, commerçante de Bangui. Certains acteurs politiques restent cependant prudents. Principal parti d'opposition, le Mouvement de libération du peuple centrafricain (MLPC) a "exprimé une réelle satisfaction" mais avec des interrogations.

 



Commentaire


Retour en haut