Archive

Centrafrique: Les musulmans dans la joie de célébrer l'Aïd El Fitr

Plusieurs milliers de fidèles musulmans se sont rendus à la mosquée centrale située au km 5 à Bangui où a eu lieu la cérémonie officielle en présence de M. François Bozizé

 

Chaque année, pour la prière du ramadan, l’Imam choisit un thème ayant un lien avec la situation en République centrafricaine et tous les musulmans doivent suivre. Pour cette année, le thème choisit est la paix et la sécurité avec comme élément: le comportement du musulman vis-à-vis des autres religions. Pour la fin de ce mois de Ramadan, une cérémonie officielle a été organisée à la Mosquée centrale. La prière était présidée par Tidjani Moussa Naïbé, adjoint de l’Imam de la mosquée centrale de Bangui.

 


© journaldebangui.com
Tidjani Moussa Naïbé, adjoint de l’Imam à la Mosquée de Bangui
Dans son message adressé aux fidèles, Naïbé a souligné que la paix est un élément nécessaire pour la cohésion avec les chrétiens, la sécurité en République centrafricaine mais aussi pour le développement économique. Il a aussi précisé aux musulmans que la fin du ramadan n’est pas la fin définitive de la prière. Ainsi, il leur demande donc d’être toujours pieux, de continuer à prier même après le ramadan pour que paix et unité puissent régner en République centrafricaine.

Le chef de l’Etat François Bozizé a aussi prononcé son discours traditionnel dans lequel il n’a pas omis le fait que dans l’ensemble, certains musulmans font l’hypocrisie de prier alors qu’au fond, ce sont eux qui sont à l’origine de certains cas d’insécurité, des troubles sociaux, des inflations des prix des denrées alimentaires, etc. à l’intérieur de la République centrafricaine. A cet effet, le président Bozizé a demandé à l’assemblée que leur foi précède leurs actes vis-à-vis de la nation centrafricaine.

 


© journaldebangui.com
Les fidèles musulmans devant la Mosquée de Bangui
A la fin de la prière, Wallilou Bachirou, un fidèle musulman, a souhaité que pour qu’il y ait cohésion avec les chrétiens, il faudrait que ceux-ci puissent prendre au sérieux les déclarations faites lors de la prière car concernant les troubles sociaux, ce sont des actes qu’on peut arranger dans la paix. Il regrette aussi le fait que parmi les milliers de musulmans qui sont venus prier, nombreux soient derrière les rébellions, les braquages nocturnes sur la population, les vols, etc. pour lequel le pays plonge dans le chaos.

Plusieurs mosquées de la ville ainsi que du pays ont aussi célébré ce moment en dépit d’une pluie battante qui a dérangé les festivités même si les musulmans qualifient cette pluie de bénédiction divine car dans les rues de la capitale, les jardins et les parcs d’attraction, c’était la joie et l’allégresse. Par ailleurs, après le ramadan, dans 70 jours viendra la fête du mouton ou la Tabaski.


Commentaire


Retour en haut