Archive

Centrafrique: Thierry Ndoyo est libre «provisoirement»

Il avait été interpellé à sa descente díavion le samedi 18 août à líAéroport International Bangui MíPoko

 

«Provisoirement libéré» selon les termes utilisés par ceux qui ont procédé à son arrestation, le Coordonnateur du Collectif «Touche pas à ma constitution», selon les informations recueillies ce dimanche soir nía pas été brutalisé. Toutefois, nous confirme une source proche de la section «éclair» que dirige Anatole Ngaya, Thierry Ndoyo a fait líobjet de sérieuses intimidations. Son passeport, les bagages ainsi que ses diplômes ont été tout de même confisqués. Selon díautres sources, tous ceux des jeunes qui ont accepté de prendre part à la lutte du Collectif «Touche pas à ma Constitution», figureraient sur une liste préparée à cet effet et devraient être interpellés comme Thierry Ndoyo à líAéroport international Bangui MíPoko. A ce jour, il níy a pas encore de réaction officielle précisant les causes sous-jacentes de cette brève interpellation du Coordonnateur du Collectif «Touche pas à ma Constitution» rentré au pays pour assister aux funérailles de son défunt grand frère.

 


© facebook
Thierry Ndoyo, libéré
Les conditions de cette interpellation
Ndoyo, Coordonateur du Collectif «Touche pas à ma Constitution», a été cueilli à líAéroport International Bangui MíPoko pour des raisons non encore élucidées. Selon un membre dudit Collectif, son arrestation níest pas étrangère aux objectifs poursuivis par le Collectif qui a entrepris une lutte démocratique tendant à síopposer à toute initiative de modification constitutionnel en Centrafrique. Le Collectif fait relever que cette arrestation constitue le répondant de líagacement du Président centrafricain François Bozizé interpellé à Paris par le représentant dudit Collectif à propos de son intention de modification constitutionnelle lors de la célébration avec la diaspora des festivités marquant le 52ème anniversaire de líIndépendance de la République Centrafricaine.

Face à cette situation, le Collectif, «condamne avec force líarrestation purement arbitraire et inadmissible de son Coordonnateur par le pouvoir dictatorial du général président Bozizé, exige sa libération immédiate et inconditionnelle afin quíil prenne part au deuil qui a frappé sa famille et puisse regagner librement ensuite Dakar où il réside pour poursuivre ses études, lance un appel à toutes les organisations de droits de líhomme, à la communauté internationale et à tous les démocrates pour quíils soutiennent sa juste lutte aux côtés du peuple centrafricain».

 



Commentaire


Retour en haut