Archive

Centrafrique: Des officiers militaires en formation

Líessentiel porte sur la protection de líenfant pendant des conflits armés

 

Líamphithéâtre Ousmane Kongo de líécole de la gendarmerie de Kolongo a servi de cadre à une session de formation des officiers de líarmée, de la gendarmerie et de la police sur la protection de líenfant dans les conflits armés. Cette formation a bénéficié díun soutien financier de líUNICEF avec la participation du ministère centrafricain de la Défense. Dans les conflits armés en République centrafricaine, les enfants et les femmes sont en général les plus touchés. Ainsi, líUNICEF a décidé de freiner líavancée des actes contre les enfants en tant de conflits. Les hauts cadres de líarmée nationale, de la gendarmerie et de la police ont suivi les deux journées de formation avec intérêt dans líoptique du lancement de la cellule de protection de líenfant au sein des forces armées centrafricaines. Cette cellule aura donc pour rôle de surveiller et de se rassurer que les violations sur les droits des enfants ne soient commises par des militaires, quíils soient des forces conventionnelles ou non.

 


© www.unicef.org
Rendre les enfants moins vulnérables
25 participants étaient de la partie. Pour Priscillia Hoveyda, spécialiste de protection de líenfant à líUNICEF, pour les exactions commises par la LRA dans le sud-est de la République centrafricaine, une sous-cellule de protection de líenfant sera mise en place sur place. Elle travaillera dans ce cadre et síoccupera spécifiquement et exclusivement des cas de violations commis par la LRA dans la région. De son côté, Mme Solange Maradas Nado, chargée de mission au ministère de la défense nationale a précisé que pendant ces deux jours, les participants auront à discuter des termes de référence de la cellule de protection de líenfant. En République centrafricaine, les différents conflits et troubles armés qui ont et qui continuent de secouer le pays, ont fait que de nombreux enfants se retrouvent aujourdíhui dans des situations difficiles. Ce qui pousse et contraint nombres de ces derniers à intégrer de gré ou de force les rangs de certains groupes rebelles qui sévissent encore dans le pays. On espère quíavec la mise en place de la cellule protection de líenfant au sein des forces armées centrafricaines, la situation des enfants pourrait être allégée.

 



Commentaire


Retour en haut