Archive

Bangui: Retour à la case prison pour des détenus

76 prisonniers se retrouvent derrière les barreaux après leur libération forcée du 02 août 2012

 

Sur les 552 détenus de la maison díarrêt centrale de Ngaragba, libérés le jeudi 2 août par des candidats malheureux au concours díentrée dans les rangs des Forces armées centrafricaines, 76 ont choisi de regagner de leur plein gré le centre carcéral. «Parmi les détenus qui ont regagné la prison, certains avaient déjà été condamnées, díautres attendent leur jugement. La plupart des condamnés sont des soldats et des hauts gradés qui ont été jugés par le tribunal militaire. Ces détenus qui sont revenus díeux-mêmes ont fait preuve de civisme», a commenté Léonard Mbélé, régisseur de la maison díarrêt de Ngaragba.

 


© Fiacre Kombo, KTD
Les portes de la prison restent-elles ouvertes?
Un détenu revenu volontairement à la maison díarrêt située dans le 7ème arrondissement de Bangui précise les raisons de son retour. «Je suis revenu car jíai été arrêté le 16 juillet 2010 dans líaffaire de líincendie du super marché Rayan. Depuis quíon mía arrêté, je níai pas encore été auditionné par un juge. Jíai souhaité revenir ici pour comprendre le but de mon arrestation», a précisé Francisco Wilibona, un des détenus interrogés par le RJDH. Le régisseur de la maison díarrêt de Ngaragba a précisé que les jeunes manifestants ont défoncé la porte de la maison díarrêt, aux environs de 13 heures, le jeudi 2 août. Il en appelle à la conscience des autres détenus pour rentrer au centre de détention. Dépassé un délai de trois jours, un avis díévasion sera établi pour se mettre à la poursuite des détenus en cavale.

 



Commentaire


Retour en haut