Archive

Centrafrique: Visite surprise du Chef de líEtat à la place du cinquantenaire

Des jeunes étaient sortis massivement pour manifester leur mécontentement à la suite de la publication des résultats du test de recrutement dans les Forces armées

 

Le chef de líEtat centrafricain síest personnellement rendu le samedi 4 août 2012 à la Place du cinquantenaire pour constater les dégâts causés par le mécontentement des jeunes exprimés le 2 août 2012. Le Chef de líEtat síest díabord arrêté au monument des libérateurs vandalisé par les jeunes avant de se rendre à la Place du cinquantenaire où son buste avait été enlevé par les manifestants. Il síest ensuite rendu à Boy-Rabe, le foyer de la contestation du 2 août 2012, quartier pourtant réputé proche.

 


© RNL
Des images des manifestations et des manifestants le jeudi 2 août à Bangui
Les jeunes en colère qui dénonçaient líinjustice dont ils ont été victimes par ce recrutement jugé familial ont aussi revendiqué la restitution des 5000 Fcfa quíils ont déboursés pour les dossiers. «Rendez-nous nos 5000 Fcfa où intégrez nous à la formation», déclaraient les jeunes manifestants. Ceux-ci avaient investi les principales artères de la Capitale centrafricaine pour protester contre les résultats du concours díentrée dans les Forces Armées Centrafricaines (FACA) et ont détruit plusieurs édifices publics. Entre autres, les Mairies du 7e et du 8e arrondissement de Bangui, un pont dans le 7e arrondissement, vandalisé le monument des libérateurs et enlevé le buste du Chef de líEtat à la Place du cinquantenaire.

Le concours avait été organisé par le ministère de la défense pour le recrutement díenviron 600 personnes mais avait connu une forte participation des jeunes. Une dizaine de mille de jeunes avaient réussi à payer les 5000 Fcfa de frais de dossier et ont pris part au test díentrée dont les résultats ont été jugés peu crédibles par les jeunes qui ont pris díassaut la place publique pour manifester leur ras-le-bol. Le ministre centrafricain délégué à la Défense a accusé líOpposition díêtre la main manipulatrice de ce soulèvement, chose quía fortement démentie Me Nicolas Tiangaye, Coordonnateur du FARE 2011.

 



Commentaire


Retour en haut