Archive

Recrutement FACA: la publication des résultats vire à l’émeute

Les candidats recalés dénoncent la fraude méticuleusement organisée par les hauts cadres militaires, chargés de l’organisation de ce test

 

«Rendez nous nos cinq mille F.CFA!» «Rien d’autre que notre intégration!», c’est du moins ce que l’on pouvait entendre ou lire sur les bouts de papier que tenaient les manifestants. Plus d’une centaine de jeunes recalés au test d’entrée dans les Forces armées centrafricaines de 2012. Depuis Kolongo, où ils suivaient la proclamation des résultats, dans une effervescente caravane, ils ont traversé la ville de Bangui jusqu’à la Place des Libérateurs sise au rond point du 4ème arrondissement qu’ils saccageront plus tard. Ils manifestent leur ras-le-bol de ce qu’ils appellent «un recrutement tribaliste et familial». Au cours de leur marche, ils ont cassé et détruit beaucoup de biens publics tout en intimidant les personnes qui assistaient à la scène. C’est ainsi qu’ils sont passés la barrière du Palais de la République, pour aller casser la porte principale de la prison centrale de Ngaragba où des prisonniers ont regagné leur liberté.

 


© journaldebangui.com
Quand les jeunes centrafricains sont en grogne! (image d'illustration)
Selon ces manifestants interrogés, «la plupart de ces personnes dont on a entendu les noms n’ont pas composé avec nous; elles sont imposées par les cadres du ministère de la Défense.» Là où le bât blesse, et qu’ils affirment en avoir ras-le-bol, c’est que certains sont allés jusqu’à s’endetter pour réunir les conditions. Selon le témoignage de l’un d’eux, «je n’ai pas de soutien, le peu d’argent du commerce qui me nourrit et ma famille, je l’ai sacrifié pour constituer le dossier et payer les frais qui s’élèvent à 5 000 FCFA. Et là, je ne sais plus quoi faire!» Aussi, tout en sachant que seulement 700 personnes seront retenues à l’issue du test, le ministère a enregistré 9 000 candidats. Ce recrutement avait été lancé le 25 juin 2012 par le département de la Défense nationale, par arrondissement dans le but de renforcer en effectif les FACA dans le cadre de la Réforme du secteur de la sécurité (RSS). La portée de la marche du 02 août n’est pas à minimiser, étant donné ses répercutions. C’est d’ailleurs ce que disait sans bégaiement, la plupart des manifestants. Les autorités auraient selon leurs dires, intérêt à prendre au sérieux ce mouvement.

 



Commentaire


Retour en haut