Archive

Centrafrique: Des conventions de financements signées avec la Banque mondiale

Les deux Accords, díun montant de 14 milliards FCFA serviront pour améliorer les indicateurs socio-sanitaires du pays

 

Le représentant résident de la Banque mondiale en République Centrafricaine, M. Ibrahim Midou a déclaré lors de la signature des deux Conventions de financement que le Projet díappui au système de santé a pour objectif, díaccroître líutilisation et díaméliorer la qualité des services de santé en milieu rural, en particulier pour la mère et líenfant. Ledit projet, ajoute le représentant résident revêt une importance certaine dans líamélioration des indicateurs socio-sanitaires de la RCA ainsi quíau renforcement du capital humain indispensable au développement du pays.

 


© journaldebangui.com
Echange des documents entre le ministre et le representant de la BM
Pour le représentant résident de la Banque mondiale, les 28,2 millions de dollars, objet de cette signature ont été repartis sous forme de dons à hauteur de 9,5 milliards Fcfa et de prêt pour environ 4,5 milliards de Fcfa. Soulignant que le défi actuel reste celui de la mise en úuvre efficiente de cet important projet dans líintérêt des populations bénéficiaires, le représentant résident de la Banque mondiale en Centrafrique a tout de même fait noter que ce nouveau projet devra utiliser une nouvelle approche, notamment le financement basé sur les résultats et devra couvrir 9 Préfectures.

En guise de remerciement pour cet autre appui au secteur de la santé, le ministre díEtat à líEconomie et au Plan a.i. Abdou Karim Meckassoua a loué líexcellent partenariat qui lie la République Centrafricaine à la Banque mondiale. Le membre du gouvernement à líinstar du représentant résident de la Banque mondiale a fait observer que la performance dans la prestation des services de santé à travers les deux composantes de ce projet sera retenue. La première composante consistera, en líamélioration de la performance des formations sanitaires (FOSA) par le biais díun mécanisme de financement basé sur la performance avec un accent particulier sur líamélioration de la qualité des services de santé maternelle et infantiles dans les zones rurales qui seront ciblées. La seconde composante touchera au renforcement de la coordination du projet y compris les capacités de suivi et díévaluation permettant díinscrire la mise en úuvre du projet dans un mécanisme de monitoring continu pour éviter díéventuels dérapages.

 


© journaldebangui.com
Remise du document par le ministre Meckassoua au ministre de la Santé Mandaba
Le ministre a tout de même reconnu que les indicateurs en matière de santé maternelle et infantile en RCA ne sont pas parmi les plus appréciés en Afrique, díoù líurgence de leur amélioration afin de combler le fossé existant entre notre pays et ceux de la sous-région. Avant de clore ses propos, le ministre díEtat à líEconomie et au Plan a.i. a invité le ministère de la santé publique et de la population à créer aussitôt le contexte favorable au démarrage de ce projet et díen assurer le suivi régulier. Aux responsables des organes impliqués dans la mise en úuvre du projet, il les a invités à mettre à profit les enseignements appris de líexécution du précédent projet afin de relever les défis inhérents à la bonne exécution du projet. Pour rappel, le Projet díAppui au Système de Santé (PASS) qui a líobjet de cette signature intervient après le Projet Santé Education VIH/SIDA qui a déjà pris fin.


Commentaire


Retour en haut