Archive

Centrafrique: Signature du cadre d’accélération des OMD

Ce document met un accent particulier sur la lutte contre l’insécurité alimentaire et nutritionnelle qui sévit dans 8 préfectures dont 4 de manière sévère

 

Le Cadre d’Accélération des Objectifs du Millénaire pour le Développement (CAOMD) a été signé ce mardi, 31 juillet 2012 entre le gouvernement centrafricain représenté par le ministre d’Etat à l’Economie et au Plan, M. Abdoul Karim Meckassoua et le Coordonnateur résident et humanitaire du Système des Nations-Unies a.i. et représentant résident du PNUD, Monsieur Modibo Touré. Ce document cadre met un accent particulier sur la lutte contre l’insécurité alimentaire et nutritionnelle qui sévit dans 8 préfectures dont 4 de manière sévère. Entre autres préfectures victimes de cette insécurité alimentaire sévère, celles de l’Ouham, l’Ouham-Pendé, la Nana Gribizi et la Basse-Kotto. Selon M. Michel Bindo, Coordonnateur du Secrétariat technique national du DSRP, le CAOMD s’est fixé pour objectif principal, la réduction de moitié d’ici 2015, la proportion des personnes qui souffrent de la faim en Centrafrique.

 


© journaldebangui.com
Modibo Toure (g) et Abdou Karim Meckassoua(d)
Pour cela, renchérit Monsieur le Coordonnateur du Secrétariat technique national du DSRP, le CAOMD a ciblé un certain nombre d’interventions stratégiques. Lesquelles vont de l’amélioration de l’accès aux outils de production en passant par le développement de la pratique de l’embouche de petit bétail par l’amélioration de l’accès des éleveurs aux intrants et à la couverture sanitaire, la valorisation et la gestion durable des produits forestiers non ligneux, le renforcement du dépistage et du traitement de la malnutrition modérée, aigue et chronique, le développement de l’alimentation scolaire dans les zones vulnérables, le renforcement du suivi, prévention et gestion des crises alimentaires, la construction et la réhabilitation des pistes de désenclavement des zones de production sans pour autant oublier le renforcement des organisations des producteurs, d’exploitants agricoles et d’éleveurs ou encore le renforcement de l’accès au crédit en milieu rural.

Pour sa part, le Coordonnateur résident et humanitaire du Système des Nations-Unies a.i. et représentant résident du PNUD, Monsieur Modibo Touré a plaidé pour une volonté politique des autorités centrafricaines, gage du succès de ce programme. A cet engagement politique des autorités centrafricaines, devrait s’ajouter une union sacrée des forces vives de la nation pour sortir la République de cette spirale de vulnérabilité dans laquelle elle est plongée. Cette vulnérabilité face à l’insécurité alimentaire qui sévit dans plusieurs Préfectures centrafricaines touche déjà 30,2% des ménages centrafricains et de manière sévère 7,5%.

 



Commentaire


Retour en haut